Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Asie - pacifique

Des soupçons de fraudes pèsent sur les élections législatives

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/09/2010

L'examen de plusieurs plaintes pour irrégularité devrait retarder l'annonce des résultats des législatives auxquelles ont participé, samedi, près de 4 millions d'Afghans, en dépit des attaques meurtrières perpétrées par les Taliban.

AFP - Le dépouillement des bulletins de vote a commencé dimanche en Afghanistan au lendemain d'élections législatives marquées par des fraudes potentielles et par des attaques sporadiques qui ont fait des dizaines de victimes.

Le dépouillement et l'examen des plaintes auprès de la Commission des plaintes électorales (ECC) ne devraient pas permettre d'avoir une cartographie précise des résultats avant plusieurs semaines. L'annonce des résultats définitifs est prévue le 31 octobre.

Le chef de la Commission électorale, Fazil Ahmad Manawi, a indiqué que plus de 4 millions d'Afghans avaient voté, soit 40% de l'électorat, selon les premières estimations.

En comparaison, le scrutin présidentiel du 20 août 2009, entaché de fraudes massives au profit du président sortant Hamid Karzaï, avait enregistré un taux de participation de 30 à 33%.

"Nous avons reçu des dizaines de plaintes pour irrégularités. Nous avons besoin de quelques jours pour collecter et classer ces plaintes", a déclaré Ahmad Zia Rafaat, un des responsables de la Commission des plaintes électorales (ECC).



"Pour l'instant, les principaux types de plaintes concernent la mauvaise qualité de l'encre indélébile et l'usage de fausses cartes d'électeurs, la plupart d'entre elles ayant été saisies, mais on ne peut exclure la possibilité que certaines aient été utilisées", a souligné M. Rafaat.

Dès samedi soir, le chef de la mission de l'ONU en Afghanistan, Staffan de Mistura, avait tiré un "bilan mitigé" des élections et estimé que la sécurité n'avait pas été "bonne".

De son côté, Washington a félicité l'Afghanistan pour avoir organisé des élections "dans des circonstances extrêmement difficiles".

Selon le commandement de l'Otan, les violences lors du scrutin ont été moins meurtrières et moins nombreuses que lors de la présidentielle de 2009.

294 incidents ont émaillé le scrutin samedi contre 479 à l'époque.

22 personnes ont été tuées samedi: sept civils, onze policiers et soldats afghans et quatre soldats des forces internationales, selon les chiffres de l'Otan. Plus de 60 Afghans et 36 soldats des forces internationales ont également été blessés.

57 personnes (civils, policiers et soldats afghans) avaient été tuées lors des élections présidentielle et provinciales, selon un rapport de l'ONU d'octobre 2009.

Le chef de la Commission électorale et le ministre de la Défense avaient avancé samedi soir le chiffre de quinze morts dans les violences, principalement après des tirs de roquettes et de mortier visant les bureaux de vote.

Par ailleurs, les corps de trois fonctionnaires de la Commission électorale enlevés samedi dans le nord ont été retrouvés dimanche.

L'ONG FEFA (Fondation afghane pour des élections libres et régulières) a affirmé que leur déroulement avait donné lieu à de "nombreuses irrégularités" qui font peser "des doutes sérieux sur la qualité du scrutin". Elle a fait état de divers incidents, violences et bourrages d'urnes notamment.

Les services secrets avaient annoncé samedi soir la saisie de 22.000 fausses cartes d'électeurs.

Ces secondes législatives au suffrage universel depuis la chute du régime des talibans fin 2001 ne présentaient pas un grand enjeu, le pouvoir réel étant concentré dans les mains du président Hamid Karzaï.

L'enjeu est plus important pour les puissances occidentales au moment où, face à des opinions publiques réticentes à l'envoi de leurs soldats dans ce qui apparaît de plus en plus comme un bourbier, elles envisagent un début de retrait de leurs quelque 150.000 militaires dès juillet 2011 pour les Etats-Unis.

Les pertes parmi les soldats étrangers atteignent des niveaux record, avec 515 militaires tués depuis le début de l'année, alors que l'année 2009 était déjà de très loin la plus meurtrière depuis fin 2001 (521 morts).

 

Première publication : 19/09/2010

  • AFGHANISTAN

    Les élections législatives entachées par une série d'attaques talibanes

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les Afghans se rendent aux urnes sur fond de violences

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Vague d'enlèvements la veille des élections législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)