Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditérrannée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Centenaire du génocide des Arméniens entre commémoration et provocations turques

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival de Cannes : 17 films en sélection officielle

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Émilie Gassin présente son premier album "Curiosity"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Royaume-Uni : des élections décisives pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové : "Les nanoparticules dans l'alimentation, un danger pour les consommateurs"

En savoir plus

Afrique

Un avion mauritanien bombarde des positions d'Al-Qaïda dans le nord du Mali

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/09/2010

Selon une source militaire, Nouakchott poursuit ses opérations lancées vendredi dans le nord du Mali contre des combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Les affrontements entre insurgés et armée ont déjà fait une vingtaine de morts.

AFP - L'armée mauritanienne a fait intervenir un avion dimanche dans le nord du Mali pour cibler des unités Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), faisant au moins deux morts et quatre blessés graves, au lendemain de combats meurtriers avec Aqmi dans cette zone.

"Trois véhicules transportant des terroristes" ont été détruits lors de cette opération, a affirmé à l'AFP un responsable militaire mauritanien, faisant état de victimes parmi les occupants, dont une femme présentée comme "l'épouse d'un terroriste".

Des témoins au Mali ont affirmé qu'au moins deux femmes avaient été tuées et quatre hommes grièvement blessés lors d'un raid mené par un avion militaire mauritanien, au nord-ouest de Tombouctou (nord du Mali).

"Je suis actuellement à l’Hôpital de Tombouctou. Deux femmes de notre région sont mortes et quatre hommes sont blessés, après les tirs d’un avion mauritanien ce matin sur leur véhicule", a affirmé à l'AFP Mohamed Lamine Ould Sidate, maire de la localité de Ber, située à 60 km au nord de Tombouctou.



Une information confirmée à l'hôpital de Tombouctou, où un membre du personnel a précisé qu'une des femmes était "très jeune".

Une source sécuritaire malienne a parlé de "bavure" de l'armée mauritanienne.

La France, qui soupçonne Aqmi d'avoir commandité le rapt jeudi au Niger de cinq Français et deux Africains, a assuré que ces combats étaient "indépendants de l'enlèvement des employés du groupe français Areva" sur le site d'extraction d'uranium d'Arlit.

Evoquant l'intervention de l'aviation de son pays, le responsable militaire mauritanien a déclaré que c'était "la poursuite logique de l'intervention engagée par nos forces armées après avoir repéré une bande de terroristes à bord d'une colonne de véhicules armés qui se déplacaient vers notre frontière" avec le Mali.

Des combats meurtriers avaient opposé vendredi et samedi l'armée mauritanienne et des unités d'Aqmi dans la région de Tombouctou (nord-est du Mali).

Des zones d'ombre entourent ces combats entre Aqmi et l'armée mauritanienne qui, pour la deuxième fois depuis juillet, s'est aventurée dans le désert malien pour y affronter les islamistes armés.

Samedi soir, le ministère de la Défense diffusait un premier bilan officiel des opérations: 12 morts et un nombre indéterminé de blessés dans le camp d'Aqmi, six morts et huit blessés dans les rangs de l'armée.

Une source algérienne dans la région a affirmé de son côté à l'AFP que l'armée mauritanienne aurait perdu "au moins 15" soldats.

Un lieutenant de l'islamiste algérien Abdelamid Abou Zeid, Yahya Abou Hamame, dirigeait les combats, côté Aqmi, contre l'armée mauritanienne, selon des sources régionales.

Abou Zeid serait responsable de l'assassinat en mai 2009 de l'otage britannique Edwin Dyer et de la mort de l'otage français Michel Germaneau en juillet 2010.

La France "fera tout pour retrouver ses otages" enlevés au Niger, a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement français, Luc Chatel, interrogé sur la possibilité d'une "action militaire" pour tenter de les libérer.

Le 22 juillet, des militaires français avaient participé à un raid mauritanien contre une base d'Aqmi au Mali, pour tenter de libérer Michel Germaneau dont la mort avait été annoncée trois jours plus tard par Aqmi.

Cette fois-ci, Paris assure qu'il n'y avait "pas de forces françaises sur le terrain". Mais des observateurs font valoir que la France pourrait avoir appuyé l'armée mauritanienne de différentes manières.

Dimanche, la question de la sécurité des employés d'Areva sur le site d'Arlit a été évoquée. Une porte-parole du groupe a affirmé que les 150 agents chargés de la sécurité du personnel d'Areva n'étaient pas armés, la sécurité devant être assurée par des militaires et gendarmes nigériens.

 

 

Première publication : 19/09/2010

  • SAHEL

    Paris dément avoir participé à l'offensive mauritanienne contre l'Aqmi

    En savoir plus

  • SAHEL

    Combats meurtriers entre l'armée mauritanienne et les islamistes d'Aqmi

    En savoir plus

  • HUMANITAIRE

    "On ne peut pas laisser dire que le Sahel est une zone à risque"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)