Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

La France envoie 80 militaires pour tenter de retrouver les otages

©

Vidéo par Willy BRACCIANO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2010

Paris a décidé d'installer "une base opérationnelle" de 80 militaires dans la capitale nigérienne. Ils seront chargés de retrouver les otages enlevés le 16 septembre. Par ailleurs, Areva a reconnu des "défaillances" dans la sécurité de ses employés.

Selon des sources sécuritaires et diplomatiques au Sahel, citées ce lundi par l’AFP, la France aurait installé à Niamey, au Niger, "une base opérationnelle" de 80 militaires pour tenter de retrouver les sept salariés (cinq Français, un Togolais et un Malgache) d’Areva et de Vinci enlevés jeudi à Arlit, dans le nord du pays.

Dimanche, le Niger a accordé à l’armée française le droit d’utiliser son

espace aérien et son territoire pour la première fois depuis près de 25 ans."L’armée française reste discrète sur son rôle dans les opérations qui se déroulent dans la région, confirme Willy Bracciano, envoyé spécial de FRANCE 24 à Niamey. Elle se contente de dire qu’elle assure un appui technique auprès des forces nigériennes." Tout juste sait-on que les militaires français, basés dans un hôtel de Niamey, disposent d’avions de type "Breguet-Atlantique" pour effectuer des vols de reconnaissance au dessus du territoire nigérien.

La France "fera tout pour retrouver ses otages", avait déclaré, dimanche, le porte-parole du gouvernement français, Luc Chatel, interrogé sur la possibilité que Paris engage une "action militaire" pour tenter de libérer ses ressortissants.

Un terrain d’opération qui s’étend sur un large territoire

En l’absence de revendication et de demande de rançon, la piste d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) demeure l’hypothèse privilégiée. Les otages seraient, selon Paris, désormais retenus dans le nord-est du Mali, dans une zone montagneuse et désertique adossée à l'Algérie. Une immense région aux frontières poreuses qui, selon l’ancien juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, interrogé sur le plateau de FRANCE 24, devrait donner du fil à retordre aux militaires français. "Dans ce type de kidnapping, les ravisseurs bougent beaucoup avec leurs otages", prévient pour sa part un militaire malien, cité par l’AFP.

Sur le terrain, la France peut néanmoins compter sur la coopération des gouvernements locaux. Le Mali a accordé à tous ses voisins un droit de poursuite sur son territoire. Quant à la Mauritanie, elle mène de façon régulière des opérations militaires contre Aqmi.

Polémique autour de la sécurité des expatriés français

Le porte-parole du groupe nucléaire français Areva, Jacques-Emmanuel Saulnier, a déclaré, ce lundi, qu’un "ensemble de défaillances dans le dispositif de sécurité" ainsi que des "complicités" ont pu favoriser les enlèvements.

"Compte tenu de la précision des menaces d’Aqmi à l’égard des ressortissants français [de plus en plus sérieuses depuis l’exécution de l’otage Michel Germaneau au lendemain de l’assaut raté de l’armée française en juillet dernier], il est inquiétant de constater que les agresseurs aient pu opérer à leur guise sur le site d’Areva", regrette André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS et responsable du programme Nouveaux enjeux dans l'espace saharo-sahélien.

Dimanche, la question de la sécurité des expatriés sur les sites d’exploitation de l’uranium avait donné lieu à une polémique, Areva et le gouvernement nigérien se rejetant mutuellement la responsabilité des enlèvements. Le groupe industriel français a confirmé que les agents des sociétés privées chargées de la sécurité de ses expatriés à Arlit n'étaient pas armés, tout en démentant l’affirmation du porte-parole du gouvernement nigérien, Laouali Dan Dah, selon laquelle Niamey lui avait vainement proposé "il y a moins de deux mois de prendre en charge la sécurité de ses agents".

Des proches des otages témoignent

Première publication : 20/09/2010

  • NIGER

    Areva et Niamey se rejettent la responsabilité des enlèvements

    En savoir plus

  • NIGER

    "La France fera tout pour retrouver ses otages", assure Paris

    En savoir plus

  • SAHEL

    Paris dément avoir participé à l'offensive mauritanienne contre l'Aqmi

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)