Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

À l'ONU, la France se targue de figurer parmi les bons élèves des Objectifs du millénaire

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/09/2010

À la tribune de l'ONU, le président français Nicolas Sarkozy s'est fait fort de rappeler que l'Hexagone était le deuxième contributeur mondial à l'aide au développement, derrière les États-Unis. Un point de vue sujet à caution, selon plusieurs ONG.

"La France a décidé de se mobiliser, a déclaré le chef de l’État français, Nicolas Sarkozy, lundi, à New York, lors de l'Assemblée générale de l'ONU. Nous allons être au rendez-vous de nos promesses" pour les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Avec 10 milliards d’euros consacrés aux OMD en 2009, l’Hexagone fait figure de bon élève de l’aide au développement – le pays se place bon deuxième en valeur absolue derrière les États-Unis.

Dans sa lancée, le président français a en outre indiqué qu'il comptait augmenter à hauteur de 20 % l’aide destinée à lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Tout en renouvelant son attachement à une taxation des transactions financières. Une belle image qu’il convient tout de même de nuancer, selon l’Organisation de coordination et de développement économiques (OCDE) et plusieurs ONG.

Objectifs non tenus. En 2005, les pays qui ont signé les Objectifs du millénaire s’étaient engagés à atteindre d’ici à 2010 une aide publique pour le développement de 0,51 % du revenu national brut (RNB). Las, Paris ne tiendra pas cet engagement. Selon des prévisions publiées en avril par l’OCDE, la France devrait dépenser 0,47 %. Les Objectifs du millénaire prévoient que les pays signataires fournissent 0,7 % de leur RNB en 2015… Cela semble donc mal parti. "La France devrait maintenir les 0,47% d’aides pendant plusieurs années encore", affirme Hubert de Milly, coordinateur du groupe de travail sur l’efficacité de l’aide au développement à l’OCDE. Au sein de l’Europe en revanche, huit pays ont réussi à tenir leur engagement (Allemagne, Belgique, Danemark, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède).

Le contenu de l’Aide publique au développement (APD). L’Aide publique au développement (APD) correspond au montant des sommes allouées chaque année aux pays pauvres. Or, selon plusieurs ONG, à l’instar de la Coordination Solidarité urgence au développement (SUD), l’APD permet aux États d’inclure dans leur compte de l’aide des volets quelque peu fantaisistes.

Ainsi le premier bénéficiaire, en 2008, de l’APD française était… Mayotte, un territoire français. Une pratique étonnante mais légale puisque les régions ayant statut de "territoire" peuvent profiter, au même titre que les États, de l’aide au développement. "C’est la seule façon d’inclure des zones, comme les Territoires palestiniens, dont les besoins sont réels", résume Hubert de Milly.

En 2008, la France donnait...

Tous les ans, l'OCDE décortique l'aide au développement de chaque État membre. Les dernières statistiques définitives remontent à 2008, et l'ONG Coordination Sud a dressé le tableau des "pays" aidés par la France. Voici la liste des dix premiers pays dans l'ordre décroissant.

Mayotte : 329,12 euros

République démocratique du Congo : 255,12 millions d'euros

Irak : 218,42 millions d'euros

Liban : 212,03 millions d'euros

Turquie : 203,67 millions d'euros

Chine : 143,87 millions d'euros

Sénégal : 131,05 millions d'euros

Vietnam : 114,80 millions d'euros

Maroc : 113,15 millions d'euros

Tunisie : 111,25 millions d'euros

La France intègre également dans son calcul l’écolage (la subvention dédiée aux étudiants étrangers) et l’aide aux réfugiés. "Ce sont des aides certes nécessaires mais qui ne devraient pas être prises en compte dans l’aide directe au développement", juge Ronack Monabay, d’Action mondiale contre la pauvreté. La France avait d’ailleurs été vertement critiquée par l’OCDE en 2006 pour gonfler son aide à l’écolage. "Depuis lors, il est vrai que le montant à l’écolage a été réduit", souligne Hubert de Milly.

Enfin, en 2009, la France a déclaré 1 milliard d’euros d’annulation de dettes. Une somme qui fait bondir les ONG. "Ce qui est en cause ici, c’est le fait que pour certaines de ces dettes n’auraient de toute façon pas pu être remboursées et qu’en les effaçant, les pays ne viennent pas vraiment en aide aux pays pauvres", résume Hubert de Milly.

Le recours aux prêts. La France fait partie des trois derniers pays, avec l’Allemagne et le Japon, à avoir recours aux prêts et non pas à des dons directs aux États. Une opération qui, sur le moment, ne lui coûte pas un sou. "En effet, le pays prêteur emprunte lui-même de l’argent qu’il va fournir au titre de l’aide au développement, confirme Hubert de Milly. En réalité, il ne sort rien de sa propre poche."

Ainsi la France a-t-elle pu inscrire 1,3 milliard d’euros, soit 15 % de son APD, au titre de prêts sans avoir à les sortir de ses caisses. De plus, les pays ne peuvent pas prêter à n’importe qui : les États les plus pauvres, qui ne pourront de toute façon pas rembourser, ne peuvent pas souscrire de crédit. La France se prive ainsi de venir en aide à "des pays qui en ont le plus besoin", juge la Coordination SUD.
 

Première publication : 20/09/2010

  • DÉVELOPPEMENT

    À cinq ans de l'échéance, les Objectifs du millénaire sont loin d'être atteints

    En savoir plus

  • DÉVELOPPEMENT

    Nicolas Sarkozy à l'ONU pour défendre les Objectifs du millénaire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)