Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

EUROPE

La percée de l’extrême-droite bouleverse le paysage politique

Vidéo par Jérôme BONNARD , Markus KARLSSON

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 20/09/2010

Le gouvernement de centre-droit a perdu sa majorité absolue en raison du score de l'extrême-droite, qui fait une entrée historique au Parlement suédois. Chronique d'une percée annoncée.

L'alliance de centre-droit peut se féliciter d'avoir remporté dimanche les législatives suédoises. C'est la première fois qu’un gouvernement de cette tendance politique est reconduit dans le pays. Mais il s’agit bel et bien d’une victoire en demi-teinte pour le Premier ministre Fredrik Reinfeldt au vu de la percée historique de l'extrême-droite. En récoltant 5,7% des suffrages, les Démocrates de Suède (SD) obtiennent 20 sièges au Parlement. Un résultat qui constitue un changement politique majeur dans ce pays considéré comme l'un des plus libéraux et des plus tolérants au monde.

"Xénophobes et populistes"

"Il ne s’agit pas réellement d’une surprise, car les sondages et les médias suédois avaient anticipé cette percée", explique Birgitta Orfali, maître de conférences à l’Université René Descartes à Paris. Aux législatives de 1998, les SD n'avaient recueilli que 0,37% des suffrages, puis 1,44% en 2002. Quatre plus tard, ils avaient atteint 2,93% des voix. Une progression constante qui les a menés dimanche à dépasser la barre fatidique des 4% de votes requis pour siéger au Riksdag. Selon les analystes, le parti a récolté des voix parmi les chômeurs dont le nombre a grimpé lors de la crise économique mondiale.

Jimmie Akesson, du parti extrémiste des Démocrates de Suède (SD).



"Nous voulons être les faiseurs de roi afin que les autres partis adoptent notre politique", avait lancé Jimmie Aakesson, avant le scrutin. Son vœu semble exaucé car son parti s’est offert un rôle d’arbitre entre la gauche et la droite traditionnelle, cette dernière n’ayant pas obtenu de majorité absolue. Le Premier ministre suédois et les autres formations politiques du pays ont pourtant exclu de gouverner avec le parti extrême-droite. "Nous ne les toucherions même pas avec des pincettes", a assuré M. Reinfeldt qui a qualifié les Démocrates de Suède de "xénophobes et populistes".

Immigration et criminalité

"Nous ne créerons pas de problème. Nous prendrons nos responsabilités. C'est ma promesse au peuple suédois", a lancé le dirigeant d'extrême-droite de 31 ans devant ses partisans après la publication des premières estimations. Les Démocrates suédois, qui se sont débarrassés de leur étiquette de mouvement skinhead, ont fait essentiellement campagne sur le thème de la lutte contre l'immigration. Et à l’instar des autres partis européens de cette tendance politique, les SD soutiennent que l'immigration est liée à la criminalité, et ce dans un pays où 18% de la population est d'origine étrangère selon l’Office des statistiques et où le nombre d'immigrants est passé de 65 000 en 2005 à 102 000 en 2010. Ce discours néonationaliste connaît également un regain de popularité dans les pays voisins. Au Danemark, le Parti du peuple danois apporte son soutien parlementaire au gouvernement minoritaire libéral-conservateur et réussit à peser sur l’agenda politique.

Première publication : 20/09/2010

  • LÉGISLATIVES SUÉDOISES

    Le centre-droit en passe de remporter les élections, l'extrême-droite au Parlement

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES SUÉDOISES

    L'extrême-droite entend jouer les trouble-fête au Parlement suédois

    En savoir plus

  • TÉLÉVISION

    Une chaîne suédoise refuse de diffuser un spot de campagne de l'extrême-droite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)