Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

La percée de l’extrême-droite bouleverse le paysage politique

Vidéo par Jérôme BONNARD , Markus KARLSSON

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 20/09/2010

Le gouvernement de centre-droit a perdu sa majorité absolue en raison du score de l'extrême-droite, qui fait une entrée historique au Parlement suédois. Chronique d'une percée annoncée.

L'alliance de centre-droit peut se féliciter d'avoir remporté dimanche les législatives suédoises. C'est la première fois qu’un gouvernement de cette tendance politique est reconduit dans le pays. Mais il s’agit bel et bien d’une victoire en demi-teinte pour le Premier ministre Fredrik Reinfeldt au vu de la percée historique de l'extrême-droite. En récoltant 5,7% des suffrages, les Démocrates de Suède (SD) obtiennent 20 sièges au Parlement. Un résultat qui constitue un changement politique majeur dans ce pays considéré comme l'un des plus libéraux et des plus tolérants au monde.

"Xénophobes et populistes"

"Il ne s’agit pas réellement d’une surprise, car les sondages et les médias suédois avaient anticipé cette percée", explique Birgitta Orfali, maître de conférences à l’Université René Descartes à Paris. Aux législatives de 1998, les SD n'avaient recueilli que 0,37% des suffrages, puis 1,44% en 2002. Quatre plus tard, ils avaient atteint 2,93% des voix. Une progression constante qui les a menés dimanche à dépasser la barre fatidique des 4% de votes requis pour siéger au Riksdag. Selon les analystes, le parti a récolté des voix parmi les chômeurs dont le nombre a grimpé lors de la crise économique mondiale.

Jimmie Akesson, du parti extrémiste des Démocrates de Suède (SD).



"Nous voulons être les faiseurs de roi afin que les autres partis adoptent notre politique", avait lancé Jimmie Aakesson, avant le scrutin. Son vœu semble exaucé car son parti s’est offert un rôle d’arbitre entre la gauche et la droite traditionnelle, cette dernière n’ayant pas obtenu de majorité absolue. Le Premier ministre suédois et les autres formations politiques du pays ont pourtant exclu de gouverner avec le parti extrême-droite. "Nous ne les toucherions même pas avec des pincettes", a assuré M. Reinfeldt qui a qualifié les Démocrates de Suède de "xénophobes et populistes".

Immigration et criminalité

"Nous ne créerons pas de problème. Nous prendrons nos responsabilités. C'est ma promesse au peuple suédois", a lancé le dirigeant d'extrême-droite de 31 ans devant ses partisans après la publication des premières estimations. Les Démocrates suédois, qui se sont débarrassés de leur étiquette de mouvement skinhead, ont fait essentiellement campagne sur le thème de la lutte contre l'immigration. Et à l’instar des autres partis européens de cette tendance politique, les SD soutiennent que l'immigration est liée à la criminalité, et ce dans un pays où 18% de la population est d'origine étrangère selon l’Office des statistiques et où le nombre d'immigrants est passé de 65 000 en 2005 à 102 000 en 2010. Ce discours néonationaliste connaît également un regain de popularité dans les pays voisins. Au Danemark, le Parti du peuple danois apporte son soutien parlementaire au gouvernement minoritaire libéral-conservateur et réussit à peser sur l’agenda politique.

Première publication : 20/09/2010

  • LÉGISLATIVES SUÉDOISES

    Le centre-droit en passe de remporter les élections, l'extrême-droite au Parlement

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES SUÉDOISES

    L'extrême-droite entend jouer les trouble-fête au Parlement suédois

    En savoir plus

  • TÉLÉVISION

    Une chaîne suédoise refuse de diffuser un spot de campagne de l'extrême-droite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)