Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Afrique

Al-Qaïda au Maghreb islamique a revendiqué l'enlèvement des otages

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/09/2010

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l'enlèvement des sept otages capturés jeudi au Niger. Dans un message diffusé sur Al-Jazeera, Aqmi annonce qu'il va faire des propositions à Paris. Pendant ce temps, les recherches continuent.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué ce mardi l'enlèvement des sept personnes capturées jeudi dernier au Niger.

Cinq Français travaillant pour Areva plus l’épouse de l’un d’entre eux ainsi qu’un Togolais et un Malgache ont été enlevés à Arlit, un site d'exploitation d'uranium situé à 200 km de la frontière algérienne. Ils auraient ensuite été transférés au Mali, où se portent désormais l’essentiel des recherches.

La France dans le collimateur de l'Aqmi

Dans un message audio transmis à la chaîne qatarie Al-Jazeera, le groupe a indiqué qu’il compte rapidement faire des demandes "légitimes" à Paris. Néanmoins, le message n’a toujours pas été authentifié par les autorités françaises.

L’organisation terroriste met également en garde le France "contre toute autre stupidité", tandis que des opérations de recherche sont menées par des forces françaises dépêchées à Niamey.

Depuis la capitale nigérienne, 80 militaires français se relaient pour effectuer des vols de reconnaissance au dessus du Sahel.

Les précisions de notre correspondant au Mali

"On sait que les otages se trouvent dans une zone montagneuse du nord-est du Mali, adossée à l’Algérie", affirme Serge Daniel, correspondant de RFI à Bamako, sur l’antenne de France 24.

A Paris, Nicolas Sarkozy a réuni mardi soir un Conseil restreint de défense et de sécurité à l'Elysée sur les questions de terrorisme et d'otages.

Ce conseil a réuni le Premier ministre, François Fillon, le ministre de la Défense, Hervé Morin, le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, et le préfet de police de Paris, Michel Gaudin.

Selon l'Elysée ont également participé à la réunion les chefs de service du Direction de la police nationale (DDPN), de la Direction générale des services extérieurs (DGSE), de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Les otages victimes d'une "trahison" au sein d'Areva

Un conseiller en sécurité d’Areva estime que les employés du groupe ont été victimes d’une "trahison". Interrogé sur la radio RTL, il a assuré que les ravisseurs avaient bénéficié d'une "excellente information au sein du groupe Areva" pour mener à bien leur opération.

De plus, la direction d'Areva au Niger avait été prévenue de la menace d'enlèvements d'expatriés dans la région d'Arlit par les autorités locales, selon "Le Monde".

Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a affirmé que le sort des otages était "une préoccupation" de tous les instants. "Je souhaite très franchement que nos compatriotes puissent revenir le plus rapidement possible. Cela impose que nous mettions tout en œuvre et c'est ce que nous faisons", a-t-il ajouté.

Aqmi cible la France

Aqmi et Paris se livrent à un véritable bras de fer depuis quelques mois. Le 22 juillet, un raid militaire mené conjointement au Mali par des forces mauritaniennes et françaises avait conduit à la destruction d'une base d'Aqmi et à la mort de sept militants.

Par ailleurs, un média mauritanien a publié lundi soir un communiqué d'Aqmi dans lequel l’organisation menaçait la Mauritanie, "agent de la France", de représailles après une opération de ses forces armées menée la semaine dernière dans le nord du Mali.

Le porte-parole du gouvernement nigérien, Laouali Dan Dah, a affirmé mardi que les ravisseurs des sept otages étaient "affiliés" au groupe d'Abdelhamid Abou Zeid. Ce dernier est un islamiste algérien qui dirige, au Mali, le groupe d'Aqmi. Il est tenu pour responsable de l'assassinat, en juillet dernier, de Michel Germaneau, un Français enlevé le 19 avril dans le nord du Niger.

Première publication : 21/09/2010

  • TERRORISME

    Les militaires français sillonnent le Sahel à la recherche des otages

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Élysée tient un conseil de sécurité et de défense sur les otages au Niger

    En savoir plus

  • NIGER

    La France envoie 80 militaires pour tenter de retrouver les otages

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)