Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

Afrique

Deux chrétiens jugés pour avoir rompu le jeûne pendant le ramadan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/09/2010

Le procès de deux ouvriers du bâtiment arrêtés à la mi-août par la police alors qu'ils avaient rompu le jeûne en plein ramadan s'est déroulé, ce mardi, en Kabylie. Une peine de trois mois de prison a été requise à leur encontre. Verdict le 5 octobre.

AFP - Deux ouvriers chrétiens du bâtiment jugés mardi dans l'est kabyle de l'Algérie, à Aïn el Hammam, pour n'avoir pas jeûné durant le ramadan connaîtront leur verdict le 5 octobre, selon un correspondant de l'AFP.

"Je suis optimiste" sur l'issue de cette affaire, a déclaré à l'AFP l'un des deux accusés, Hocine Hocini, à sa sortie du tribunal.

"Je n'ai pas de regret, je suis chrétien et je l'assume", a-t-il ajouté.

Agé de 44 ans et père d'une fillette d'un mois, ce journalier a été interpellé par la police le 13 août avec un camarade de travail, Salem Fellak, 34 ans, alors qu'ils venaient de finir de manger dans un lieu discret lors d'une pause déjeuner sur un chantier, selon leur version.

"Nous sommes innocents, nous n'avons fait de mal à personne", a-t-il estimé. Nous sommes chrétiens (protestants) et nous n'avons pas mangé dans un lieu public", a encore expliqué cet ouvrier.

Des centaines de personnes s'étaient rassemblés devant le tribunal pour soutenir les accusés, a encore constaté le journaliste de l'AFP. Ils criaient des slogans hostiles à la justice.

Le procureur a requis, à l'issue de son réquisitoire, une peine de trois mois de prison ferme.

Les avocats de la défense, dont Me Mokrane Ait Larbi, ont plaidé pour la relaxe des accusés, insistant sur le fait qu'aucune loi n'interdit aux citoyens de rompre le jeûne pendant le mois de ramadan.

"L'Algérie a ratifié des conventions internationales de liberté de culte. C'est une violation pure et simple de la constitution", a soutenu Me Ait Larbi.

L'Algérie compte quelques milliers de chrétiens, essentiellement de rite protestant.

 

Première publication : 21/09/2010

  • ALGÉRIE

    La police algérienne traque les "transgresseurs" du ramadan

    En savoir plus

  • DJIBOUTI

    Le ramadan des musulmans de l’armée française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)