Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Le Sénat maintient la loi forçant les soldats homosexuels au silence

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/09/2010

Mardi, le Sénat américain a voté contre l'abrogation de la loi "Don't ask, don't tell" qui oblige les soldats homosexuels à taire leur orientation sexuelle. La Maison Blanche s'est déclarée "déçue" par ce vote.

AFP - Le Sénat américain a rejeté mardi l'ouverture des débats sur l'abrogation de la loi qui impose aux soldats homosexuels de cacher leur orientation sexuelle, écartant pour une durée indéfinie l'examen de cette proposition qui suscite un débat passionné.

La Maison Blanche s'est aussitôt déclarée "déçue" par le vote du Sénat.

Les élus se sont prononcé par 56 voix contre, soit 4 voix de moins que nécessaire pour permettre l'ouverture formelle des débats sur une vaste loi de finance pour le Pentagone, qui comprend des dispositions pour l'abrogation de la loi "Don't ask, don't tell" (ne rien demander, ne rien dire) adoptée en 1993 sous l'administration du président Clinton.

Les 41 républicains du Sénat ont fait bloc pour s'opposer à la mesure.

A l'époque de sa mise en place, ce texte avait été présenté comme le meilleur compromis possible pour cet épineux problème au sein de l'armée américaine.

Mais depuis, la contestation a grandi. Environ 14.000 soldats ont été renvoyés de l'armée en raison de leur homosexualité, selon les associations de défense des droits civiques.

Outre la proposition d'abrogation de "Don't ask, don't tell", les sénateurs, en refusant d'ouvrir les débats sur la loi de finance, ont également mis de côté une loi d'immigration dite DREAM act qui aurait permis à de jeunes immigrés d'être régularisés et intégrés après un passage par les universités américaines.

Le sénateur républicain John McCain a accusé peu avant le vote la majorité démocrate de vouloir "galvaniser sa base" par ce vote, "dans le cas du DREAM Act, le vote hispanique. La popularité du président Obama chez les hispaniques a baissé de façon spectaculaire".

"Et bien sûr, l'abrogation de +Don't ask don't tell+ est un appel à la base gay et lesbienne", a-t-il dit à la presse.

Le numéro deux de la majorité démocrate Richard Durbin a déploré l'issue du vote. "Ils sont d'accord pour risquer leurs vies pour les Américains, et nous disons non", a-t-il dit en parlant des militaires homosexuels écartés de l'armée.

La pop star américaine Lady Gaga avait appelé lundi ses fans à manifester contre la loi +Don't ask don't tell+.

Première publication : 21/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    En Californie, les couples gays devront encore attendre pour se marier

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Des milliers de manifestants ont défilé à l'"EuroPride", la parade gay européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)