Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

  • La France place l'économie au cœur de sa diplomatie

    En savoir plus

Economie

La récession est finie, mais l'euphorie se fait attendre

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 21/09/2010

Des économistes américains ont annoncé lundi que la récession aux États-Unis avait pris fin en juin 2009. Elle aura duré 18 mois, plus longtemps qu’aucune autre crise depuis la Seconde Guerre mondiale. Une conclusion controversée.

La nouvelle aurait pu être accueillie avec soulagement, mais elle a été suivie par un silence gêné des autorités américaines. Le Bureau national pour la recherche économique – qui fait autorité en matière d’analyses des cycles économiques depuis les années 60 - a officiellement annoncé lundi que les États-Unis n’étaient plus en récession depuis 15 mois.

C’est donc en juin 2009 que le pays – berceau de la crise mondiale qui dure depuis fin 2007 – a sorti la tête de l’eau. Une annonce qui a fait "rire jaune" les commentateurs. "La bonne nouvelle : la récession est finie, la mauvaise ? Elle l’est depuis plus d’un an", écrit ainsi le commentateur économique du Time, Stephen Gandel. "Mais sur quelle planète vivent donc ces économistes ?", s’interroge John Cassidy, éditorialiste au très respecté magazine le New Yorker.

Même la Maison Blanche est restée en retrait. "On ne va pas sortir les banderoles 'Mission accomplie' ", a ironisé le porte-parole du gouvernement Obama en référence à une célèbre déclaration hâtive de l’ancien président Georges W. Bush qui s’était ainsi targué que la guerre en Irak avait pris fin en 2003.

Ironie

Comment ces éminents économistes ont-il pu aboutir à cette conclusion alors que depuis le début de l’année, le chômage aux États-Unis oscille entre 9 et 10% ? À la fin de son rapport, le Bureau national pour la recherche économique indique les données prises en compte : il s’agit essentiellement du PIB et de la production industrielle. En juin 2009, ces deux indicateurs ont atteint leur niveau le plus bas et depuis ils remontent lentement la pente.

Mais d’autres facteurs tels que l’immobilier, la consommation et surtout l’emploi ont continué à baisser l’an passé et restent à des niveaux bas si on considère que "la reprise" est en cours depuis plus d’un an. Ironiquement, l’OCDE a revu à la baisse les projections de croissance des États-Unis en 2010 – la ramenant de 3,2 à 2,6% - le jour même de l’annonce du Bureau.

Comparaison

"Le comité ne conclut nullement que les conditions économiques ont été bonnes depuis lors", a tenté de se justifier, lundi, le Bureau national pour l’économie. "L’annonce, maladroite, n’est qu’une conclusion technique", rappelle Brian Wingfield, éditorialiste pour le magazine d’affaires, Forbes.

Quel est l'intérêt alors de procéder à une telle datation au carbone qui ne correspondrait pas à la réalité ? Essentiellement pour pouvoir comparer cette récession aux précédentes, estime le New York Times. "Et si on regarde de près, à part une reprise plus forte du PIB, la situation est pire qu’en 2002 et 1992 [les précédentes grandes récessions]", explique le quotidien new-yorkais. "Vu le décalage entre cette annonce et la réalité de l’emploi, la grande conclusion est que nous n’avons plus besoin d’un Bureau national pour l’économie", tranche le New Yorker.

Crédit photo : Seth Tisue (sur Flickr)

Première publication : 21/09/2010

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le nombre de pauvres atteint un sommet historique aux États-Unis

    En savoir plus

  • PIB

    Les États-Unis renouent avec une croissance positive

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)