Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

Afrique

Paris a "de bonnes raisons" de penser que les otages sont en vie

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/09/2010

La France a authentifié, mercredi, le message d'Al-Qaïda au Maghreb islamique dans lequel il revendique le rapt des cinq Français au Niger. Nicolas Sarkozy affirme que tous les services de l'État sont mobilisés afin d'obtenir leur libération.

"Nous avons de bonnes raisons de penser que les otages sont en vie". Près d'une semaine après l'enlèvement de sept personnes au Niger, le ministère français des Affaires étrangères se veut rassurant. "Nous n'avons pas reçu de preuves de vie", a toutefois ajouté le porte-parole du ministère, Romain Nadal.

Celui-ci a également confirmé mercredi l'authenticité du message de la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi), diffusé par la chaîne qatarie Al-Jazira.

Le groupe a revendiqué mardi l'enlèvement des cinq Français capturés dans la nuit du 15 au 16 septembre. Dans son message audio, Aqmi précise que l'Algérien Abelhamid Abou Zeid, leader de la branche radicale et responsable de l'enlèvement et de l'assassinat du Français Michel Germaneau, est à l'origine de cette nouvelle prise d'otages.

"Une affaire sérieuse"

"Nous supposions qu'Aqmi était impliqué, ce n'était jusque-là qu'une supposition, cela devient maintenant une confirmation", a déclaré, mardi soir, depuis Bamako, Brice Hortefeux sur RFI. Présent au Mali à l'occasion des cérémonies du 50e anniversaire de l'indépendance du pays, le ministre de l'Intérieur devrait aussi rencontrer le président malien Amadou Toumani Touré, afin d'évoquer avec lui la situation des otages.

Cinq Français travaillant pour Areva, ainsi qu’un Togolais et un Malgache, ont été enlevés à Arlit, un site d'extraction d'uranium situé à 200 km de la frontière algérienne.

Le président français a décrété mercredi "la mobilisation de tous les services de l'État", afin d'obtenir leur libération "dans les meilleurs délais". "Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il s'agissait d'une affaire très sérieuse", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel. Le chef de l'État doit recevoir la semaine prochaine les familles des otages.

Mardi déjà, le ministre de la Défense, Hervé Morin, a répété que Paris mettait "tout en oeuvre" pour retrouver les otages, qui seraient retenus au nord-est du Mali. "Les ravisseurs qui ont opéré au Niger ont très vraisemblablement franchi la frontière du Niger pour être au Mali", a confirmé Brice Hortefeux.

Depuis la capitale nigérienne, 80 militaires français se relaient pour effectuer des vols de reconnaissance au-dessus du Sahel. Deux responsables américains ont également affirmé - sans donner plus de précisions - que la France aurait demandé l'aide de l'armée américaine pour tenter de localiser les otages. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, a simplement indiqué mercredi qu'une coopération existait "avec tous les États impliqués dans la lutte contre le terrorisme au Sahel".

Abou Zeid, leader de la branche radicale d'Aqmi 

Aqmi et Paris se livrent à un véritable bras de fer depuis plusieurs mois. Dans le communiqué diffusé mardi, l'organisation terroriste affirme qu'elle va transmettre au gouvernement français des "demandes légitimes" concernant les otages.

Le groupe met aussi en garde Paris "contre toute autre stupidité". Le 22 juillet, un raid militaire mené conjointement au Mali par des forces mauritaniennes et françaises avait conduit à la destruction d'une base d'Aqmi et à la mort de sept militants. Mardi, le ministre de l'Intérieur a assuré qu'il n'y avait, "à ce stade", aucun projet d'opération militaire. "S'il y en avait un, je ne dirais rien", a-t-il toutefois ajouté.

Abdelhamid Abou Zeid, islamiste algérien qui dirige, au Mali, le groupe d'Aqmi, est tenu pour responsable de l'assassinat, en juillet dernier, de Michel Germaneau, un Français enlevé le 19 avril dans le nord du Niger.

"Abou Zeid est l'un des leaders de la branche radicale d'Aqmi, précise Willy Bracciano, envoyé spécial de France 24 à Niamey. Il est décrit comme violent, brutal, rassemblant des fanatiques. C'est son groupe qui avait enlevé Michel Germaneau et Pierre Camatte, un autre Français relâché en février."

Abou Zeid à l'origine de l'enlèvement des 5 français

Areva a bien reçu une lettre des autorités

Lundi soir, l'agence en ligne mauritanienne "Nouakchott informations" a publié un communiqué d'Aqmi dans lequel l’organisation menaçait la Mauritanie, "agent de la France", de représailles après une opération de ses forces armées menée la semaine dernière dans le nord du Mali.

De son côté, Areva a confirmé, dans un communiqué, avoir reçu une lettre du préfet d'Arlit, datée du 1er septembre, faisant état de menaces d'enlèvement dans la région, après que le quotidien "Le Monde" a publié ce document mardi.

Areva assure cependant que cette lettre s'inscrivait "dans le cadre d'un dialogue et d'une évaluation permanente" avec les autorités nigériennes et qu'elle ne contenait "aucune information particulière".

 

Première publication : 22/09/2010

  • TERRORISME

    Paris tente toujours de localiser les otages retenus par Aqmi

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Al-Qaïda au Maghreb islamique a revendiqué l'enlèvement des otages

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Les militaires français sillonnent le Sahel à la recherche des otages

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)