Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

EUROPE

L’Europe tente de mettre ses parlementaires à Twitter

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/09/2010

Le projet "Tweet your MEP" est lancé, ce mercredi. Cette initiative du site français touteleurope.eu vise à mettre en relation directe les internautes et les eurodéputés. Mais les parlementaires européens peinent à suivre le mouvement...

Les politiques qui s’adonnent aux joies de Twitter sont à la mode et l’Europe tente de surfer sur la vague. En France, il y a les parlementaires qui "gazouillent" pendant le débat sur les retraites. Depuis mercredi, au Parlement européen, il y a aussi "tweet your MEP", une initiative du site français touteleurope.eu qui vise à mettre en relation directe les internautes avec leurs représentants à Strasbourg. Mais, pour l’heure, les eurodéputés sont assez lents au démarrage.

"No answer ? Et oui, c'est mercredi, ni la Commission ni les députés gardent les Traités mais juste les gosses", s’amuse ainsi francksottou. Depuis la mise en ligne du service à 14 heures en effet, les questions affluent, mais les réponses brillent encore par leur absence...

"Aux Eurodéputés #tymep [tweet your MEP] régionalisation des aides agricoles pour ou contre ?? ", s’interroge ainsi toyan66, tandis que Madly_Mad estime que "l’adoption du rapport Gallo [sur les droits d’auteurs numériques, NDLR] est une honte pour la démocratie". Le silence à l’autre bout du fil a poussé le compte officiel, @europatweets, à rappeler que "les députés ne vont pas se mettre à tweeter du jour au lendemain, mais 'tweet your mep' peut les y encourager".

"Initiative prometteuse"

Touteleurope.eu a pourtant mis en place un site particulièrement attractif pour inciter les internautes à interpeller leurs élus européens. On peut rechercher quels sont les députés, pays par pays, qui utilisent le célèbre service de micro-blogging. Le site présente également quels sont les thèmes à la mode et intègre un fil Twitter qui met à jour les derniers messages comportant le "hashtag" officiel de cette campagne #tymep.

Pour l'heure, ils ne sont que quelques-uns, comme le députés de gauche irlandais Joe Higgins ou le représentant des Verts allemands Sven Giegold, à tenter cette aventure en 140 caractères. Côté Français, la palme revient à la socialiste lyonnaise Sylvie Guillaume. Celle-ci juge l'initiative "promett[euse]", même si elle ne la considère pas comme "une fin en soi, mais [comme] un outil parmi d’autres".

Le site "Tweet your MEP" connaît par ailleurs quelques couacs, comme l’impossibilité pendant un temps (corrigé depuis) de contacter les 13 eurodéputés finlandais qui seraient utilisateurs de Twitter. José Bové est, quant à lui, listé parmi ceux qui ont déjà répondu à une question alors que, sur sa page Twitter, son dernier "gazouilli" remonte au 16 septembre.

Le service de micro-blogging n’est, cependant, pas inconnu au Parlement. Un rapport européen remontant au début du mois de septembre a comptabilisé 215 eurodéputés - sur 736 - inscrits à Twitter. La France est le pays qui, en valeur absolue, en possède le plus grand nombre, avec 37 d’entre eux qui "tweetent". Les eurodéputés bataves sont, quant à eux, ceux qui postent le plus souvent des mises à jour.

Première publication : 22/09/2010

COMMENTAIRE(S)