Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Economie

Comment un Japonais et un lycéen australien ont fait plier Twitter

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/09/2010

Un internaute japonais avait déjà signalé, il y a un mois, la faille qui a causé tant de problème à Twitter, mercredi. Mais c’est un lycéen australien qui en a démontré la véritable puissance virale...

"Tiens, les médias commencent à s’intéresser à moi, quel plaisir ce doit être d’avoir un ami aussi merveilleux que moi", s’amuse Pearce H. Delphin sur Twitter. Selon le site de sécurité Netcraft security, ce lycéen australien de 17 ans serait à l’origine de l’infection de milliers de comptes du service de microblogging.

Il a d’ailleurs reconnu avoir utilisé une faille de Twitter pour insérer, dans un tweet, un bout de code informatique qui provoque un "retweet" automatique d’un message infecté sans même avoir à cliquer sur le lien. Ces gazouillis malveillants se sont ainsi propagés à très grande vitesse, n’épargnant pas des comptes de personnalités comme la femme de l’ex Premier ministre britannique Gordon Brown ou le porte-parole de la Maison Blanche.

En revanche, il assure ne pas être à l’origine d’une utilisation moins "ludique" de cette faille. En effet, un utilisateur russe a utilisé la même méthode pour provoquer l’ouverture automatique dans le navigateur de pages Internet - notamment pornographiques.

Simple comme un... arc-en-ciel

Cette pagaille sur le site a duré plusieurs heures avant que Twitter ne corrige la faille. Il faut ajouter que l’attaque a débuté alors que les Etats-Unis, où se trouve le siège de Twitter, n’étaient 'pas encore réveillés'.

Mais c'est un autre utilisateur, un Japonais, qui avait d'abord découvert la faille, comme le rapporte le quotidien britannique The Guardian. Elle existait déjà il y a plus d’un mois. À l’époque, cet internaute - dont le pseudo Twitter est "Kinugawamasato" - avait alerté la société américaine sur cette possibilité d’utiliser les 140 caractères autrement que pour écrire de simples messages.

Le site avait alors réglé le problème, mais ce dernier est réapparu au moment du lancement de la nouvelle version de Twitter. Et, cette fois-ci, Kinugawamasato a décidé d’utiliser cette faille. Il a ouvert un deuxième compte où il s’est simplement amusé à changer la couleur des messages envoyés. Sa manipulation favorite ? Faire des messages avec les couleurs de l’arc-en-ciel...

Première publication : 22/09/2010

  • INTERNET

    L’Europe tente de mettre ses parlementaires à Twitter

    En savoir plus

  • INTERNET

    Une importante faille de sécurité a touché des milliers de comptes Twitter

    En savoir plus

  • INTERNET

    Une importante faille de sécurité affecte des milliers de comptes Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)