Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Amériques

Le discours d'Ahmadinejad provoque le départ des délégations occidentales

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2010

Le président iranien a profité de son discours devant l'Assemblée générale de l'ONU pour reprendre la théorie d'un "complot américain" derrière les attentats du 11-Septembre. Les délégations occidentales ont immédiatement quitté la salle.

REUTERS - A la tribune de l’assemblée générale des Nations unies, Mahmoud Ahmadinejad a repris à son compte jeudi la théorie du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, provoquant la sortie des délégations américaine et européennes.

"Ahmadinejad est coutumier de ces provocations"

Le chef de l’Etat iranien, qui déclare périodiquement vouloir rayer Israël de la carte du monde, a dit que pratiquement seuls les dirigeants américains pensaient que les détournements d’avion à l’origine des attentats visant les tours du World Trade Center à New York et le Pentagone étaient le fait d’un groupe extrémiste.

Une autre théorie, a-t-il poursuivi, veut que « certains éléments au sein du gouvernement américain aient orchestré les attentats pour renverser le déclin de l’économie des Etats-Unis et de son emprise sur le Proche-Orient, et ce pour sauver le régime sioniste ». Ahmadinejad utilise généralement cette expression pour désigner Israël.

« La majorité du peuple américain comme la plupart des nations et gouvernants de la planète partagent cette position », a-t-il assuré devant l’Onu, demandant une enquête internationale sur les évènements du 11 septembre.

Peu après ces propos, la délégation américaine, celles des Vingt-Sept de l’Union européenne et de plusieurs autres pays ont quitté ostensiblement la salle en guise de protestation.

Le porte-parole de la délégation américaine aux Nations unies, Mark Kornblau, a déploré qu’Ahmadinejad ait « une fois encore choisi de débiter ses infâmes théories conspirationnistes et ses insultes antisémites, qui sont aussi odieuses et délirantes que prévisibles ».

Barack Obama a jugé ces propos « absolument outrangeants et offensants - particulièrement dans la ville où les attentats du 11 septembre ont eu lieu », a rapporté un porte-parole de la Maison Blanche.

Catherine Ashton, haute représentante pour la politique extérieure de l’UE, a également dénoncé le discours de Mahmoud Ahmadinejad.

Le président iranien a ajouté que des preuves accréditant ses thèses avaient été dissimulées.

Il a cité les « quelques passeports trouvés dans l’immense volume de décombres et la vidéo d’un individu (...) dont il a été dit qu’il négociait pour du pétrole avec des responsables américains ».

« Cela a été couvert et on a dit que, en raison de l’explosion et du feu, aucune trace des kamikazes n’avait été trouvée », a-t-il ajouté.

Première publication : 23/09/2010

  • IRAN

    Ahmadinejad estime que le capitalisme est "à l'article de la mort"

    En savoir plus

  • IRAN

    Mahmoud Ahmadinejad dénonce "la logique du cow-boy" des États-Unis

    En savoir plus

  • IRAN

    Pour Shirin Ebadi, "le régime se montre de plus en plus violent"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)