Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La majorité des Français n'a pas de candidat au second tour"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Ahmed Abba condamné à 10 ans de prison

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Présidentielle 2017 : le soutien à Emmanuel Macron divise

En savoir plus

FOCUS

Kenya : quand la sécheresse entraîne la violence

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Un an après, A'salfo rend hommage à Papa Wemba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Battre le FN ne suffit pas"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Pen - Macron : deux programmes économiques que tout oppose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle : le choc de deux France"

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un an après les attentats, une Belgique meurtrie

En savoir plus

Economie

"La situation s'est fortement détériorée, mais pas autant qu'en 2008"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/09/2010

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation (FAO) tient une réunion de crise ce vendredi que Concepcion Calpe, experte des marchés de céréales à la FAO, décrypte pour France24.com.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation (FAO) a tenu, ce vendredi, une réunion de crise pour évoquer la flambée actuelle des prix alimentaires. Cette réunion extraordinaire d’une journée, à Rome, vise à avoir une vue d’ensemble sur la situation, alors que de plus en plus de personnes évoquent le risque d’une nouvelle crise alimentaire comme celle qui a provoqué des"émeutes de la faim" en 2008. Concepcion Calpe, experte des marchés de céréales à la FAO et qui assiste à cette réunion, en décrypte les enjeux alors que des émeutes ont secoué le Mozambique en septembre.

 


 

France24.com - Quel but espérez-vous atteindre avec cette réunion ?

Concepcion Calpe - Nous voulions surtout fournir une réponse à la peur qui est en train de monter au sein des populations face à la montée des prix des céréales et du riz. Lors des discussions ce matin, nous en sommes arrivés à la conclusion que la situation s’est certes fortement détériorée, mais que pour l’instant nous ne sommes pas dans une situation similaire à celle de 2008.

 

F24 - Mais ne nous dirigeons-nous pas vers une situation similaire à 2008, étant donné le bond de 20 points de l’indice des prix des céréales entre juillet et août ?

C. C. - Il nous est impossible de prévoir précisément comment va évoluer la situation. Tout ce qu’on peut dire à l’heure actuelle, c'est que les fondamentaux des marchés de céréales sont meilleurs qu’à l’époque. Après il y a des facteurs sur lesquels nous ne pouvons pas avoir d’influence comme la politique des gouvernements, la météo et la volatilité des marchés qui restent très opaques.

 

F24 - Est-ce que cette réunion peut avoir un impact concret sur la situation ?

C. C. - La grande priorité du moment, c'est d'avoir une plus grande visibilité sur les niveaux de production des céréales et des denrées alimentaires. On pourrait espérer que cette réunion serve de socle à une réflexion plus large sur les mécanismes à mettre en place pour éviter que ces augmentations très fortes des prix se répètent.

 

F24 - La Russie, qui a décrété une interdiction des exportations de céréales suite aux sécheresses de cet été, est représentée à cette réunion. Quelle est aujourd’hui sa position ?

C. C. - La question a été abordée, mais pour l’heure la Russie ne s’est pas engagée à lever l’interdiction des exportations. Le pays a vraiment été durement touché par ces sécheresses et doit faire face à des problèmes intérieurs importants [selon une étude russe du 23 septembre, le pays va devoir importer près de 6 millions de tonnes de céréales pour faire face à ces besoins, NDLR].

F24 - Le rapporteur spécial de l’ONU pour l’alimentation, Olivier De Schutter, a rendu un rapport ce jeudi dans lequel il évoque une "bulle spéculative" qui contribuerait grandement à la dégradation de la situation, qu’en pensez-vous ?

C. C. - Il est clair qu’il y a une très forte volatilité sur ces marchés qui brillent par leur opacité. Nous réfléchissons actuellement à la faisabilité et à l’opportunité de mécanismes qui permettraient de limiter l’impact de certaines spéculations. La question est sur la table.

Première publication : 24/09/2010

  • MOZAMBIQUE

    "La crise alimentaire pourrait se propager à d’autres pays"

    En savoir plus

  • RUSSIE

    L’agriculture russe mise en péril par l’embargo sur les exportations de blé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)