Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

"La situation s'est fortement détériorée, mais pas autant qu'en 2008"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/09/2010

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation (FAO) tient une réunion de crise ce vendredi que Concepcion Calpe, experte des marchés de céréales à la FAO, décrypte pour France24.com.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation (FAO) a tenu, ce vendredi, une réunion de crise pour évoquer la flambée actuelle des prix alimentaires. Cette réunion extraordinaire d’une journée, à Rome, vise à avoir une vue d’ensemble sur la situation, alors que de plus en plus de personnes évoquent le risque d’une nouvelle crise alimentaire comme celle qui a provoqué des"émeutes de la faim" en 2008. Concepcion Calpe, experte des marchés de céréales à la FAO et qui assiste à cette réunion, en décrypte les enjeux alors que des émeutes ont secoué le Mozambique en septembre.

 


 

France24.com - Quel but espérez-vous atteindre avec cette réunion ?

Concepcion Calpe - Nous voulions surtout fournir une réponse à la peur qui est en train de monter au sein des populations face à la montée des prix des céréales et du riz. Lors des discussions ce matin, nous en sommes arrivés à la conclusion que la situation s’est certes fortement détériorée, mais que pour l’instant nous ne sommes pas dans une situation similaire à celle de 2008.

 

F24 - Mais ne nous dirigeons-nous pas vers une situation similaire à 2008, étant donné le bond de 20 points de l’indice des prix des céréales entre juillet et août ?

C. C. - Il nous est impossible de prévoir précisément comment va évoluer la situation. Tout ce qu’on peut dire à l’heure actuelle, c'est que les fondamentaux des marchés de céréales sont meilleurs qu’à l’époque. Après il y a des facteurs sur lesquels nous ne pouvons pas avoir d’influence comme la politique des gouvernements, la météo et la volatilité des marchés qui restent très opaques.

 

F24 - Est-ce que cette réunion peut avoir un impact concret sur la situation ?

C. C. - La grande priorité du moment, c'est d'avoir une plus grande visibilité sur les niveaux de production des céréales et des denrées alimentaires. On pourrait espérer que cette réunion serve de socle à une réflexion plus large sur les mécanismes à mettre en place pour éviter que ces augmentations très fortes des prix se répètent.

 

F24 - La Russie, qui a décrété une interdiction des exportations de céréales suite aux sécheresses de cet été, est représentée à cette réunion. Quelle est aujourd’hui sa position ?

C. C. - La question a été abordée, mais pour l’heure la Russie ne s’est pas engagée à lever l’interdiction des exportations. Le pays a vraiment été durement touché par ces sécheresses et doit faire face à des problèmes intérieurs importants [selon une étude russe du 23 septembre, le pays va devoir importer près de 6 millions de tonnes de céréales pour faire face à ces besoins, NDLR].

F24 - Le rapporteur spécial de l’ONU pour l’alimentation, Olivier De Schutter, a rendu un rapport ce jeudi dans lequel il évoque une "bulle spéculative" qui contribuerait grandement à la dégradation de la situation, qu’en pensez-vous ?

C. C. - Il est clair qu’il y a une très forte volatilité sur ces marchés qui brillent par leur opacité. Nous réfléchissons actuellement à la faisabilité et à l’opportunité de mécanismes qui permettraient de limiter l’impact de certaines spéculations. La question est sur la table.

Première publication : 24/09/2010

  • MOZAMBIQUE

    "La crise alimentaire pourrait se propager à d’autres pays"

    En savoir plus

  • RUSSIE

    L’agriculture russe mise en péril par l’embargo sur les exportations de blé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)