Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Herman Van Rompuy : "On ne convaincra les Européens qu'avec des résultats"

En savoir plus

FRANCE

Les syndicats veulent poursuivre l'épreuve de force

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 24/09/2010

L'intersyndicale s'accorde au moins sur un point : battre le fer de la contestation avant que les sénateurs n’examinent le projet de loi. Mais elle hésite entre une nouvelle journée de grève et une grande manifestation un week-end.

Au lendemain d’une journée d’action qui a rassemblé entre 1 et 3 millions de personnes, les syndicats ne semblent pas vouloir en rester là. Car c’est "un pari gagné pour les syndicats" estime François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, le pari d’avoir fait descendre plusieurs millions de personnes dans la rue à deux semaines d’intervalle et alors que le projet de loi sur la réforme des retraites avait déjà été adopté par les députés. 

Pour le gouvernement, la mobilisation du jeudi 23 trahit pourtant une "décélération",

indique son porte-parole. "Il y a un élément factuel, c'est le nombre de grévistes", passé de 26 à 21% dans la fonction publique, assurait Luc Chatel vendredi matin sur RTL.

 Vendredi midi, une réunion de l’intersyndicale opposée à la réforme du régime de retraites doit décider de la suite à donner au mouvement.

Une journée d’action le samedi 2 octobre ?

Dilemne pour cette intersyndicale, qui rassemble les sept organisations professionnelles les plus importantes : se positionner entre la grève reconductible, prônée par les syndicats plus radicaux, et les manifestations proposées par les syndicats plus réformistes. 

SUR LE NET

- Lire le communiqué de l'intersyndicale appelant à la grève le 23 septembre

- La carte des mobilisations sur le site de la CFDT

- La carte des mobilisations sur le site de la CGT

- Le texte adopté en première lecture par l'Assemblée nationale

- Le dossier législatif sur la réforme des retraites sur le site de l'Assemblée nationale

Pour la CFDT, la contestation à la réforme Fillon doit se poursuivre, mais d’une autre manière. Le syndicat mise sur une manifestation le week-end, plus rassembleuse et qui n’exigerait pas le sacrifice d’une journée de salaire d’un troisième jour de salaire après les grèves des 7 et 23 septembre. 

Question de timing, cette journée de manifestations contre le projet de loi pourrait se tenir le samedi 2 octobre, soit trois jours avant que les sénateurs ne se penchent sur le projet.

La CGT, qui n’était pas enthousiaste, semble accepter le principe d’une mobilisation en week-end, mais menace déjà d’une radicalisation : "si le gouvernement maintient sa position intransigeante, il est de plus en plus clair que nous sommes dans une opposition frontale", affirmait jeudi soir son secrétaire général Bernard Thibault dans le journal de France 2. 

"Opposition frontale", synonyme d’une nouvelle journée de grève générale. La CGT n’oublie pas le clin d’œil en direction des syndicats les plus radicaux, Force Ouvrière et Sud. FO appelle à une nouvelle journée de grèves de 24 heures à l’image de celles des 7 et 23 septembre et aimerait convaincre ses partenaires que le gouvernement n’infléchira sa position que si la contestation est massive et sans concessions.

Première publication : 24/09/2010

  • FRANCE

    La mobilisation, clé de la nouvelle journée de grève contre la réforme des retraites

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Assemblée nationale adopte la réforme des retraites au terme de débats houleux

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Négocier sur les retraites, est-ce vraiment dans l'intérêt des syndicats ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)