Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Zhongguancun : un quartier de Pékin révélateur de l'action de Xi Jinping

En savoir plus

Moyen-orient

Mahmoud Abbas assouplit sa position malgré la fin du moratoire sur les colonies

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 26/09/2010

À quelques heures de l'expiration du moratoire israélien sur les colonies en Cisjordanie, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a laissé entendre qu'il poursuivrait malgré tout les discussions de paix avec Israël.

Le moratoire sur les implantations israéliennes en territoire palestinien, annoncé le 25 novembre 2009 pour une durée de dix mois, expire ce dimanche soir. Le gel portait sur les nouvelles constructions en Cisjordanie, mais pas sur les milliers de chantiers déjà engagés avant le 25 novembre 2009, ni sur la construction de bâtiments publics tels que les écoles et les synagogues, ni sur Jérusalem-Est.

Plusieurs colons juifs de Cisjordanie – ils sont 300 000 à s’être installés dans des colonies ou dans des "avant-postes" illégaux - ont prévu de poser symboliquement ce dimanche la première pierre d'un nouveau quartier dans la colonie de Revava, dans le nord du territoire occupé.

Durant tout le week-end, alors que les heures avant l’expiration du moratoire s’égrenaient une à une, la pression du président américain Barack Obama sur le gouvernement israélien s’est faite de plus en plus forte. Mais aucune solution de compromis n’a été trouvée à New York. Et les efforts israélo-palestiniens pour relancer le processus de paix, amorcé il y a trois semaines sous l’égide des États-Unis, menacent déjà de s’essouffler. À moins que les Israéliens saisissent la main tendue par Mahmoud Abbas.

 

Abbas se dit prêt à poursuivre les négociations

Dimanche, alors qu’il quittait New York pour Paris, Mahmoud Abbas a laissé entendre qu’il était prêt à poursuivre les discussions avec Israël. Dans une interview accordée au quotidien arabophone Al Hayat, il déclare qu'il ne suspendra pas immédiatement les pourparlers de paix, même si Israël ne prolonge pas le moratoire sur les constructions neuves en Cisjordanie. Il précise qu'il devra d'abord se retourner vers les institutions palestiniennes et le comité de suivi de la Ligue arabe, qui se réunit le 4 octobre, avant d’officialiser cette position. L’interview à Al Hayat a été accordée vendredi mais publiée seulement dimanche.

Pourtant, depuis deux jours, le président Abbas avait fait de l’arrêt des constructions juives en Cisjordanie une condition sine qua non pour la poursuite des discussions. Israël doit "choisir entre la paix et la poursuite de la colonisation", avait plaidé le chef de l'Autorité palestinienne samedi à la tribune de l'ONU. Il avait reçu le soutien de la Ligue arabe.

"Cette interview dans Al Hayat est extrêmement surprenante et marque un énorme changement de cap. Il n’avait cessé de répéter qu’il quitterait la table des négociations si Israël ne cédait pas sur le gel des colonies" analyse Gallagher Fenwick, correspondant de France 24 à Jérusalem. "Si ces propos sont confirmés, cela équivaut à un sacrifice politique très sérieux pour Mahmoud Abbas. Le président de l’Autorité palestinienne semble vouloir poursuivre le dialogue israélo-palestinien au prix de sa propre légitimité, qui est déjà contestée par les Palestiniens. Mais il règne une certaine confusion autour de cette interview. J’étais en contact toute la matinée avec l’équipe palestinienne de négociations à New York, et elle se refuse à commenter les propos de Mahmoud Abbas dans le journal Al Hayat."

Pour les colons, "le gel n'aura servi à rien"

De son côté, Israël a tenu ferme sur sa position en se disant "disposé à parvenir à un compromis agréé par toutes les parties" mais a répété qu'"il ne saurait y avoir zéro construction" dans les colonies. D’ailleurs, la ministre israélienne des Sports et de la Culture, Limor Livnat, a prévenu que dès "dimanche soir, les chantiers vont redémarrer, nous n'aurons pas besoin de décision spéciale ou d'annonce".


D’après l’ONG "La Paix Maintenant", des milliers de logements pourront être érigés dès le mois d’octobre, sans avoir à obtenir des autorisations spéciales du gouvernement.

Gel des colonies : de quoi s'agit-il ?
"Des permis de construire ont été octroyés pour au moins 2 066 logements dont les fondations sont déjà prêtes, et des centaines d'autres, dont les fondations n'ont pas encore été construites, pourront être érigés dès la fin du gel". Par ailleurs, "au moins 11 000 autres logements dont la construction a été entérinée pourront être bâtis sans autre approbation gouvernementale, dont 5 000 dans des implantations isolées".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, inquiet de l'impact international négatif des images de bulldozers démarrant les travaux, a toutefois appelé les colons à "faire preuve de retenue et de responsabilité".

Malgré ces admonestations, les représentants des colons ont symboliquement jeté les fondations d'une crèche dans l'implantation de Kiryat Netafim, dans le nord de la Cisjordanie, à quelques heures de la fin du moratoire.

Abbas en visite à Paris

Ce dimanche soir, le président Mahmoud Abbas est à Paris. Il doit rencontrer des représentants de la communauté juive de France, comme il le fait régulièrement lors de ses voyages à l'étranger, puis le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon, lundi.

Première publication : 26/09/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Gel des colonies : de quoi s'agit-il ?

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Toujours pas de compromis à la veille de la fin du gel des colonisations

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Jérusalem sous tension avant la fin du moratoire sur la colonisation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)