Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une oeuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

FRANCE

Le Conseil de Paris approuve l'accord d'indemnisation passé entre Chirac et l'UMP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/09/2010

Les élus parisiens ont voté le "protocole" permettant à la municipalité de récupérer 2,2 millions d'euros, que l'UMP et Jacques Chirac devront débourser. En échange, la Ville renonce à se porter partie civile dans le procès de l'ex-chef de l'État.

C’est un consensus assez inhabituel qui s’est établi ce lundi au Conseil de Paris. Majorité et opposition ont voté ensemble en faveur de l’arrangement passé entre Jacques Chirac et le maire de la capitale, Bertrand Delanoë, dans l’affaire des chargés de mission de la Ville de Paris.

Selon cet accord, l’UMP, le parti de la majorité, et l’ancien président de la République s’engagent à verser 2,2 millions d’euros à la municipalité. En échange, cette dernière retire sa plainte dans l’affaire des emplois présumés fictifs de la Mairie de Paris, dans laquelle est poursuivi Jacques Chirac pour son implication supposée entre 1992 et 1995, lorsqu’il était maire de la capitale.

Sans partie civile, l’audience devrait être favorable à l’ancien chef de l’État, le procureur ayant déjà requis un non-lieu à la fin de l'instruction et annoncé qu’il demandera sa relaxe au procès.

Vote sans surprise

Les groupes socialiste, centriste, communiste ainsi que celui de la majorité présidentielle ont voté en faveur de l’accord. Seuls les Verts s’y sont opposés, dénonçant un arrangement qui "déshonore la politique" et "rachète les fautes de l’ancien président de la République".

Après 12 ans d'immunité pénale due à sa fonction de président de la République, Jacques Chirac a été renvoyé en correctionnelle en octobre 2009 pour "détournement de fonds publics" pour 21 emplois présumés fictifs payés lors de sa mandature de maire de Paris.

Établie au terme de longues négociations entre les deux camps, les 2,2 millions de l’accord correspondent à la somme qu’aurait déboursé la Ville pour employer les 21 personnes soupçonnées d’avoir occupé un emploi fictif.

Début septembre, le bureau politique de l'UMP a accepté de débourser 1,7 million d'euros sur les 2,2 millions d'euros dus à la mairie de Paris, le reste étant laissé à la charge de l’ancien président de la République.

Jacques Chirac pourrait être jugé à la fin de l’année ou à partir de février 2011. 

Première publication : 27/09/2010

  • FRANCE

    L'UMP pourrait payer une large partie de la facture des emplois fictifs de la mairie de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)