Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Première ligne"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : les drapeaux en berne en France, l'enquête se poursuit

    En savoir plus

  • Gaza : Washington et l’ONU exigent un cessez-le-feu "sans condition"

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé au Sierra Leone

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • Gaza : les combats ont repris, le Hamas propose une nouvelle trêve

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • Syrie : l'EIIL prend une base de l'armée mais perd un champ gazier

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

  • Tour de France : l'Allemand Tony Martin remporte la 20e étape

    En savoir plus

  • Crash d'Air Algérie : tous les corps vont être ramenés en France

    En savoir plus

  • Les États-Unis évacuent leur ambassade en Libye

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

FRANCE

Le Conseil de Paris approuve l'accord d'indemnisation passé entre Chirac et l'UMP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/09/2010

Les élus parisiens ont voté le "protocole" permettant à la municipalité de récupérer 2,2 millions d'euros, que l'UMP et Jacques Chirac devront débourser. En échange, la Ville renonce à se porter partie civile dans le procès de l'ex-chef de l'État.

C’est un consensus assez inhabituel qui s’est établi ce lundi au Conseil de Paris. Majorité et opposition ont voté ensemble en faveur de l’arrangement passé entre Jacques Chirac et le maire de la capitale, Bertrand Delanoë, dans l’affaire des chargés de mission de la Ville de Paris.

Selon cet accord, l’UMP, le parti de la majorité, et l’ancien président de la République s’engagent à verser 2,2 millions d’euros à la municipalité. En échange, cette dernière retire sa plainte dans l’affaire des emplois présumés fictifs de la Mairie de Paris, dans laquelle est poursuivi Jacques Chirac pour son implication supposée entre 1992 et 1995, lorsqu’il était maire de la capitale.

Sans partie civile, l’audience devrait être favorable à l’ancien chef de l’État, le procureur ayant déjà requis un non-lieu à la fin de l'instruction et annoncé qu’il demandera sa relaxe au procès.

Vote sans surprise

Les groupes socialiste, centriste, communiste ainsi que celui de la majorité présidentielle ont voté en faveur de l’accord. Seuls les Verts s’y sont opposés, dénonçant un arrangement qui "déshonore la politique" et "rachète les fautes de l’ancien président de la République".

Après 12 ans d'immunité pénale due à sa fonction de président de la République, Jacques Chirac a été renvoyé en correctionnelle en octobre 2009 pour "détournement de fonds publics" pour 21 emplois présumés fictifs payés lors de sa mandature de maire de Paris.

Établie au terme de longues négociations entre les deux camps, les 2,2 millions de l’accord correspondent à la somme qu’aurait déboursé la Ville pour employer les 21 personnes soupçonnées d’avoir occupé un emploi fictif.

Début septembre, le bureau politique de l'UMP a accepté de débourser 1,7 million d'euros sur les 2,2 millions d'euros dus à la mairie de Paris, le reste étant laissé à la charge de l’ancien président de la République.

Jacques Chirac pourrait être jugé à la fin de l’année ou à partir de février 2011. 

Première publication : 27/09/2010

  • FRANCE

    L'UMP pourrait payer une large partie de la facture des emplois fictifs de la mairie de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)