Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Lesotho : possible tentative de coup d'État

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

Economie

L’Iran reconnaît avoir été ciblé par un virus à tête chercheuse

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/09/2010

Les autorités iraniennes ont reconnu que 30 000 ordinateurs avaient été infectés par le virus Stuxnet. Un aveu confortant l'avis de ceux qui affirment que ce virus cible en priorité les installations sensibles iraniennes.

Le nouvel ennemi de Téhéran s’appelle Stuxnet. Les autorités iraniennes ont reconnu avoir un gros problème avec ce virus informatique. Mahmoud Liayi, responsable des technologies de l'information au ministère de l'Industrie, a précisé que 30 000 ordinateurs sur le sol iranien ont été infectés. Il a précisé, cependant, qu’"aucun dégât sérieux" n’avait été constaté et que la centrale nucléaire de Bouchehr, l'une des plus connues en Iran, aurait été epargnée.

La virus se propage par le biais de clefs USB infectées (vidéo Sophos)

Reste que c’est la première fois que les autorités iraniennes confirment la menace Stuxnet sur leurs installations industrielles. Jusqu’à présent, seuls des experts occidentaux affirmaient que ce virus visait particulièrement l’Iran. Tous s'accordent, en tout cas, sur son potentiel particulièrement destructeur et qu’il soit "l'un des virus les plus élaborés" jamais observés.

Bombe informatique

Contrairement à l’immense majorité des logiciels malveillants, ce virus cible spécifiquement les installations informatiques de complexes industriels et peut permettre de les neutraliser. Stuxnet exploite plusieurs failles informatiques pour s’infiltrer dans des ordinateurs équipés de logiciels développés par Siemens. Les programmes du groupe allemand sont intégrés dans plusieurs installations "sensibles" en Iran.

Ce virus avait une première fois effrayé les experts en informatique lors de sa découverte en juin dernier. C’est la petite boîte de sécurité biélorusse VirusBlokAda qui, la première, a décelé l’existence de Stuxnet. La complexité de cette bombe informatique et la parfaite connaissance des programmes que le virus cherche à infecter (il connait notamment le mot de passe du logiciel Siemens visé) exclut, selon les chercheurs qui l’ont analysé, l’hypothèse d’un hacker du dimanche.

Selon la société américaine de sécurité Symantec, l’origine du virus serait davantage à chercher du côté de groupes aux "motivations politiques, nationalistes ou religieuses" ou alors à de "l’espionnage d’État". Bref, ce logiciel malveillant a nécessité toute une équipe d’experts pour voir le jour. Des experts qui chercheraient à ralentir ou réduire à néant le programme nucléaire iranien ?

Natanz plutôt que Bouchehr ?

Des officiels iraniens ont évoqué, dans la presse, "une guerre électronique" menée contre leur pays. Mais, lors des premières semaines d’activité, Stuxnet a essentiellement frappé en Inde et en Indonésie avec près de 60 000 ordinateurs touchés. L’Iran n’arrivait alors qu’en troisième position. Il semblerait, aujourd’hui, que l’Inde et l’Indonésie ne sont que des victimes collatérales de l’attaque.

Un chercheur allemand, Frank Rieger a même suggéré que ce virus n’avait en fait qu’une seule réelle cible : la site nucléaire de Natanz. Il estime que la centrale de Bouchehr, dont Siemens a contribué à la construction avant la révolution islamique, n’était qu’une passerelle. "La centrale de Bouchehr ne sert qu’au nucléaire civil alors que celle de Natanz peut avoir des applications militaires", raconte-t-il au site spécialisé dans les nouvelles technologies Wired. Il rajoute que Natanz pourrait être infectée à partir de la centrale de Bouchehr.

Une hypothèse pour l’instant impossible à vérifier, puisque les autorités iraniennes n’ont évoqué que le cas de Bouchehr. Cependant en juillet dernier, alors que Stuxnet était déjà en activité, la presse iranienne et la BBC ont rapporté que le chef de l'Organisation atomique iranienne avait démissionné tandis que WikiLeaks expliquait qu'un "incident majeur" avait eu lieu sur ce site.

Crédit photo: DonHankins (sur Flickr)

Première publication : 27/09/2010

COMMENTAIRE(S)