Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Economie

L’Iran reconnaît avoir été ciblé par un virus à tête chercheuse

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/09/2010

Les autorités iraniennes ont reconnu que 30 000 ordinateurs avaient été infectés par le virus Stuxnet. Un aveu confortant l'avis de ceux qui affirment que ce virus cible en priorité les installations sensibles iraniennes.

Le nouvel ennemi de Téhéran s’appelle Stuxnet. Les autorités iraniennes ont reconnu avoir un gros problème avec ce virus informatique. Mahmoud Liayi, responsable des technologies de l'information au ministère de l'Industrie, a précisé que 30 000 ordinateurs sur le sol iranien ont été infectés. Il a précisé, cependant, qu’"aucun dégât sérieux" n’avait été constaté et que la centrale nucléaire de Bouchehr, l'une des plus connues en Iran, aurait été epargnée.

La virus se propage par le biais de clefs USB infectées (vidéo Sophos)

Reste que c’est la première fois que les autorités iraniennes confirment la menace Stuxnet sur leurs installations industrielles. Jusqu’à présent, seuls des experts occidentaux affirmaient que ce virus visait particulièrement l’Iran. Tous s'accordent, en tout cas, sur son potentiel particulièrement destructeur et qu’il soit "l'un des virus les plus élaborés" jamais observés.

Bombe informatique

Contrairement à l’immense majorité des logiciels malveillants, ce virus cible spécifiquement les installations informatiques de complexes industriels et peut permettre de les neutraliser. Stuxnet exploite plusieurs failles informatiques pour s’infiltrer dans des ordinateurs équipés de logiciels développés par Siemens. Les programmes du groupe allemand sont intégrés dans plusieurs installations "sensibles" en Iran.

Ce virus avait une première fois effrayé les experts en informatique lors de sa découverte en juin dernier. C’est la petite boîte de sécurité biélorusse VirusBlokAda qui, la première, a décelé l’existence de Stuxnet. La complexité de cette bombe informatique et la parfaite connaissance des programmes que le virus cherche à infecter (il connait notamment le mot de passe du logiciel Siemens visé) exclut, selon les chercheurs qui l’ont analysé, l’hypothèse d’un hacker du dimanche.

Selon la société américaine de sécurité Symantec, l’origine du virus serait davantage à chercher du côté de groupes aux "motivations politiques, nationalistes ou religieuses" ou alors à de "l’espionnage d’État". Bref, ce logiciel malveillant a nécessité toute une équipe d’experts pour voir le jour. Des experts qui chercheraient à ralentir ou réduire à néant le programme nucléaire iranien ?

Natanz plutôt que Bouchehr ?

Des officiels iraniens ont évoqué, dans la presse, "une guerre électronique" menée contre leur pays. Mais, lors des premières semaines d’activité, Stuxnet a essentiellement frappé en Inde et en Indonésie avec près de 60 000 ordinateurs touchés. L’Iran n’arrivait alors qu’en troisième position. Il semblerait, aujourd’hui, que l’Inde et l’Indonésie ne sont que des victimes collatérales de l’attaque.

Un chercheur allemand, Frank Rieger a même suggéré que ce virus n’avait en fait qu’une seule réelle cible : la site nucléaire de Natanz. Il estime que la centrale de Bouchehr, dont Siemens a contribué à la construction avant la révolution islamique, n’était qu’une passerelle. "La centrale de Bouchehr ne sert qu’au nucléaire civil alors que celle de Natanz peut avoir des applications militaires", raconte-t-il au site spécialisé dans les nouvelles technologies Wired. Il rajoute que Natanz pourrait être infectée à partir de la centrale de Bouchehr.

Une hypothèse pour l’instant impossible à vérifier, puisque les autorités iraniennes n’ont évoqué que le cas de Bouchehr. Cependant en juillet dernier, alors que Stuxnet était déjà en activité, la presse iranienne et la BBC ont rapporté que le chef de l'Organisation atomique iranienne avait démissionné tandis que WikiLeaks expliquait qu'un "incident majeur" avait eu lieu sur ce site.

Crédit photo: DonHankins (sur Flickr)

Première publication : 27/09/2010

COMMENTAIRE(S)