Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Moyen-orient

Abbas décidera de la poursuite du dialogue avec Israël "après le 4 octobre"

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 27/09/2010

En conférence de presse à Paris, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé qu'il décidera de la poursuite des négociations directes avec Israël à l'issue d'une consultation avec la Ligue arabe le 4 octobre.

En visite à Paris, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a annoncé lundi qu'il ne prendrait pas de décision immédiate sur le devenir des négociations directes avec Israël. Il se prononcera sur la question "après le 4 octobre", à l'issue des consultations entre l'Autorité palestinienne et la Ligue arabe, a-t-il déclaré après un déjeuner avec le président Nicolas Sarkozy.

Mahmoud Abbas a lancé un nouvel appel au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou pour donner sa chance au processus de paix en "prolongeant de trois ou quatre mois" le moratoire sur le gel de la colonisation en Cisjordanie qui a expiré dimanche à minuit. Jusqu’ici, Abbas faisait pourtant de l’arrêt des constructions une condition sine qua non à la poursuite des discussions. Israël doit "choisir entre la paix et la poursuite de la colonisation", avait-il plaidé, samedi, à la tribune de l'ONU.

Nicolas Sarkozy : la colonisation israélienne "doit cesser"

De son côté, Nicolas Sarkozy a "déploré" la fin du moratoire décrété il y a dix mois. "Nous avons regretté que les appels unanimes afin de prolonger le moratoire israélien sur la colonisation n'aient pas été entendus, je le déplore", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le président Abbas.

Gel des colonies : de quoi s'agit-il ?


"Ce gel existait depuis dix mois et il fallait le maintenir pour donner toutes ses chances à la négociation. Je le dis devant le président Abbas, la colonisation doit cesser", a-t-il ajouté, confessant son "inquiétude de voir le processus lancé le 2 septembre (...) risquer de s'interrompre si nous ne nous mobilisons pas". Le Président français a indiqué avoir pris bonne note des déclarations du Premier ministre israélien, appelant les colons à faire preuve de "retenue" mais les a jugées "insuffisantes". "Elles vont dans le bon sens, même si elles ne suffisent pas".

Problème de "méthode"

Le chef de l'État a aussi critiqué la "méthode" des pourparlers. "Dix ans après Camp David, nous n'avons pas progressé et nous avons peut-être même reculé (…).Cela pose la question de la méthode suivie jusqu'à présent, qui ne semble pas produire les résultats escomptés", a affirmé Nicolas Sarkozy. Une déclaration qui sonne comme une critique implicite des États-Unis, qui chapeautent les négociations de paix. Le Président français qui a reconnu "le rôle irremplaçable" des Américains sans qui "rien ne sera résolu" , a plaidé pour que d’autres acteurs soient associés aux pourparlers. "Le Quartet et ses membres doivent collectivement et concrètement exercer le rôle de supervision qui est le leur. L'Europe, premier donateur en faveur des Palestiniens, l'Union pour la Méditerranée (UpM), qui est affectée par ce conflit, doivent, c'est une exigence, désormais participer au

La reprise de la colonisation en Cisjordanie
processus politique", a-t-il poursuivi devant la presse.

"Nous ne voulons pas seulement être des spectateurs qui voient le temps passer", a insisté le chef de l'État français, "nous avons décidé de prendre des initiatives et nous sommes dans notre rôle", expliquant que "les conséquences du conflit entre les Palestiniens et les Israéliens concernent beaucoup de pays dans le monde".

Enfin, Nicolas Sarkozy a annoncé que Mahmoud Abbas et Benjamin Netanyahou avaient accepté de discuter d'une participation de l'Union pour la Méditerranée (UPM) au processus de paix au Proche-Orient. Les deux hommes seront à Paris le mois prochain avec le président égyptien, Hosni Moubarak, pour préparer le sommet de l'UpM prévu fin novembre à Barcelone, qui doit avoir lieu "quoi qu'il arrive".

Première publication : 27/09/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Mahmoud Abbas est-il encore légitime pour négocier au nom des Palestiniens ?

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Mahmoud Abbas assouplit sa position malgré la fin du gel des colonies

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Gel des colonies : de quoi s'agit-il ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)