Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

EUROPE

L'Europe agricole refuse un système de cultures OGM à la carte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/09/2010

Une majorité de pays européens a refusé la proposition de Bruxelles visant à laisser aux États le choix de la culture de plantes génétiquement modifiées sur leur sol. Ce sont les ministres français et italien de l'Agriculture qui ont mené la fronde.

AFP - Les ministres européens de l'Agriculture ont recalé lundi à Bruxelles une proposition controversée de la Commission de laisser aux Etats la décision de permettre ou non la culture de plantes OGM sur leur territoire afin de sortir du blocage actuel.

La France et l'Italie ont mené la fronde, soutenues par la plupart des autres grands pays agricoles, notamment l'Allemagne et l'Espagne, préoccupés par un risque de "renationalisation" des politiques communes de l'Europe.

"Non, l'Italie ne soutient pas la proposition de la Commission (...) Le chacun pour soi mine les fondements de la Politique agricole commune", a affirmé le ministre italien de l'Agriculture, Giancarlo Galan, en marge d'une réunion avec ses homologues de l'UE.

Son homologue français Bruno Le Maire a fait preuve de la même fermeté.

"La France souhaite que la décision (sur cette question en Europe) reste commune. Aller vers des décisions nationales serait un mauvais signal adressé aux citoyens européens et un mauvais signal pour la Politique agricole commune", a-t-il déclaré.

Au cours du débat à huis clos, l'intervention du secrétaire d'Etat allemand à l'Agriculture, Robert Kloos, a été la plus radicale.

"L'Allemagne a dit deux fois +Nein+" aux questions sur la compatibilité de la proposition de Bruxelles avec le marché intérieur européen et l'Organisation mondiale du commerce , a déclaré un porte-parole.

La ministre belge de l'Agriculture, Sabine Laruelle, dont le pays préside l'UE, a résumé la situation plus diplomatiquement. "Une grande majorité de pays ont beaucoup de questions sur la pertinence de donner plus de compétences aux Etats" en matière d'OGM, a-t-elle expliqué.

Et "ce n'est pas dans un ou deux mois que nous trouverons un compromis et un consensus" sur la question, a-t-elle ajouté.

La décision finale reviendra aux ministres de l'Environnement. Ils se réuniront dans trois semaines, le 14 octobre, à Luxembourg. Leurs conclusions ne devraient pas apporter beaucoup de réconfort à la Commission, car ils sont encore plus réticents que leurs collègues de l'Agriculture.

Le commissaire à la Santé John Dalli, chargé du dossier, n'entend pas pour autant renoncer. "Le système actuel d'autorisation ne fonctionne pas", a-t-il rappelé.

A chaque fois, acune majorité ne parvient en effet à se dégager entre les Etats pour autoriser ou interdire la commercialisation ou la culture des OGM. "La Commission doit décider par défaut", ce qui aboutit le plus souvent à un blocage, a-t-il souligné.

Seuls deux OGM sont actuellement cultivés dans l'UE: le maïs 810 du groupe américain Monsanto, qui attend le renouvellement de son autorisation, et la pomme de terre Amflora développée par le groupe allemand BASF. Quinze autres OGM, pour la plupart des semences de maïs, nécessitent une autorisation de culture.

Le processus suit son cours, mais M. Dalli a opté pour une "gestion politique" et ne veut pas précipiter les choses, conscient de la mauvaise perception de sa démarche par l'opinion publique européenne.

Il justifie sa proposition par la multitude de conflits entre Bruxelles et les Etats. Six pays --France, Allemagne, Hongrie, Luxembourg, Grèce, Autriche-- ont en effet interdit la culture du MON 810 sur leur territoire par des clauses de sauvegarde contestées par la Commission.

Un septième pays, la Pologne, a interdit toutes les cultures d'OGM. Lui aussi est attaqué par la Commission.

Trois Etats --la Hongrie, l'Autriche et le Luxembourg-- ont pour leur part porté plainte contre l'autorisation de la pomme de terre Amflora, cultivée depuis mars dans trois pays --Allemagne, Suède et République tchèque-- pour l'industrie de la pâte à papier.
 

Première publication : 27/09/2010

  • ENVIRONNEMENT

    La France s'apprête-t-elle à reprendre les cultures d'OGM ?

    En savoir plus

  • INTERVIEW

    "Je crains une monopolisation du discours sur les OGM"

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Bruxelles donne son feu vert à la culture d'une pomme de terre OGM dans l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)