Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La fumée tue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Election présidentielle au Ghana : le dépouillement a commencé.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

PISA: la France championne des inégalités ?

En savoir plus

FOCUS

Au Ghana, la présidentielle s’annonce serrée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Premier contact", les extra-terrestres ont la parole

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Alep : la guerre vue à travers les tweets d'une enfant

En savoir plus

Asie - pacifique

La Cour suprême autorise le jugement sur un site religieux sensible

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/09/2010

La Cour suprême indienne a donné mardi le feu vert à une décision de justice concernant un site religieux sensible. Le jugement doit déterminer qui des hindous ou des musulmans détient le terrain entourant les ruines de la mosquée Babri d'Ayodhya.

REUTERS - La Cour suprême indienne a autorisé mardi que soit rendu un jugement pour déterminer qui, des hindous ou des musulmans, est propriétaire du terrain entourant les ruines de la mosquée Babri d'Ayodhya, dans l'Etat d'Uttar Pradesh.

La destruction de cette mosquée par des hindous, en 1992, avait déclenché des affrontements entre hindous et musulmans qui avaient fait 2.000 morts.

Le jugement sur l'appartenance du terrain aurait dû être rendu le 24 septembre par un tribunal de l'Uttar Pradesh, mais la Cour suprême l'a suspendu à la suite d'une pétition laissant entrevoir la possibilité d'un règlement à l'amiable. "La pétition a été rejetée", a déclaré le juge S. H. Kapadia.

Le tribunal de l'Uttar Pradesh va maintenant devoir fixer une nouvelle date pour le verdict. L'un des juges affectés à ce dossier doit prendre sa retraite le 1er octobre. Le verdict pourrait dès lors être rendu dans les deux prochains jours ou reporté sine die jusqu'à la nomination du successeur de ce juge.

Le dossier de la mosquée Babri, qui date du XVIe siècle, est, de l'aveu du Premier ministre Manmohan Singh, l'un des plus épineux auxquels l'Inde est confrontée cette année, avec une rébellion séparatiste au Cachemire et une insurrection maoïste.

Première publication : 28/09/2010

COMMENTAIRE(S)