Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Moyen-orient

Abbas exige d'Israël la prolongation du gel de la colonisation

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/09/2010

En visite à Paris, le président de l'Autorité palestinienne a demandé au gouvernement israélien qu'il poursuive, "tant qu'il y aura des négociations", le moratoire sur la colonisation en Cisjordanie, arrivé à échéance dimanche soir.

AFP - Le président palestinien Mahmoud Abbas veut qu'Israël observe un moratoire sur la colonisation "tant qu'il y aura des négociations" de paix, a-t-il déclaré mardi à Paris à la radio privée Europe 1.

"Nous demandons le moratoire tant qu'il y aura des négociations parce que tant qu'il y a des négociations, il y a de l'espoir", a-t-il affirmé.

Lors d'une conférence de presse lundi avec le président Nicolas Sarkozy, Mahmoud Abbas avait souhaité que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu "prolonge de trois ou quatre mois" le gel de la colonisation en Cisjordanie.

La construction a recommencé dans des colonies de Cisjordanie lundi après l'expiration d'un moratoire de 10 mois, que les Israéliens ont décidé de ne pas prolonger. Mais les Palestiniens réservent leur réponse sur l'avenir des pourparlers de paix jusqu'à une réunion de la Ligue arabe programmée le 4 octobre.

"Nous ne voulons pas arrêter ces négociations mais si la colonisation se poursuit, nous serons obligés de les arrêter", a répété mardi le président palestinien, dont les propos en arabe étaient traduits en français. M. Netanyahu "doit savoir que la paix est plus importante que la colonisation", a-t-il insisté.

"Le processus de paix est une occasion historique, je ne sais pas quand cela se représentera", a-t-il ajouté, en se disant "inquiet".

M. Abbas a également souhaité que l'Union européenne, premier contributeur financier de l'Autorité palestinienne, soit associée aux négociations de paix, comme l'a aussi demandé Nicolas Sarkozy.

"Nous avions demandé aux Américains que les Européens soient représentés" lors de la reprise des pourparlers directs le 2 septembre à Washington, a indiqué M. Abbas. "Mais l'avis américain était que la rencontre américaine devait inclure l'Egypte, la Jordanie et M. Blair", a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy a annoncé la venue en octobre à Paris de Mahmoud Abbas, Benyamin Netanyahu et du président égyptien Hosni Moubarak pour préparer le sommet de l'Union pour la Méditerranée, prévu fin novembre.

L'idée, selon M. Abbas, est de créer "un outil composé de certains pays, y compris européens pour aider le processus de paix à aller de l'avant".

"Nous allons travailler sur ceci lors d'une rencontre en octobre et lorsque nous arriverons au sommet de l'Union pour la Méditerranée, j'espère que tout cela aura mûri", a-t-il ajouté.

Première publication : 28/09/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Mahmoud Abbas assouplit sa position malgré la fin du gel des colonies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)