Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

Economie

Le constructeur de BlackBerry s'offre une cure de jouvence avec sa tablette

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/09/2010

De plus en plus concurrencé dans son pré carré américain, le constructeur de BlackBerry a dévoilé, lundi, sa tablette PlayBook censée porter un sérieux coup aux ventes, déjà vertigineuses, de l'iPad d'Apple.

"C’est l’un des moments les plus excitants dans notre histoire." Mike Lazaridis, le patron de Research in Motion (RIM), le constructeur des BlackBerry, a dévoilé, lundi, sa réponse à l’iPad d’Apple. La tablette du constructeur canadien, baptisée PlayBook, est l’une des premières attaques contre le dernier gadget de la marque à la pomme.

Plus petite et légère que sa concurrente, la PlayBook cherche tout d’abord à séduire ceux qui pourraient être déçus par les carences de l’iPad. RIM a, en effet, fièrement confirmé que son nouveau joujou prendrait en charge à 100 % la technologie Flash d’Adobe. Près de 90 % des vidéos qui circulent actuellement sur la Toile utilisent cette technologie. Seulement voilà, le célèbre PDG d'Apple, Steve Jobs, s’est toujours refusé d'intégrer dans ces produits portables un logiciel qu'il tient pour responsable de nombreux bugs sur les ordinateurs. Visiblement, RIM n’est pas d’accord.

Pari risqué

Mark Lazaridis a également promis que sa tablette serait en mesure de faire tourner  plusieurs programmes simultanément. Les "iPadophiles" peuvent certes en faire autant, mais, de l’avis de la plupart des commentateurs, le multitâche "made in Apple" est loin d'être parfait.

S’attaquer frontalement au mastodonte Apple reste toutefois un pari risqué. L’iPad s’est révélé un vrai succès commercial puisqu’il s’est vendu à plus de 3 millions d’exemplaires les 80 premiers jours de sa commercialisation. Le constructeur canadien a donc décidé de biaiser : sa PlayBook vise en premier lieu les professionnels qui ne peuvent pas se passer de leur BlackBerry. Lesquels devraient se retrouver en terrain connu : la tablette intègre la plupart des fonctions qui ont fait le succès du smartphone roi de RIM, de son populaire système de messagerie à la fiabilité de son cryptage des données.

Attractivité

Avec sa tablette maison, RIM espère également faire comprendre au reste du monde qu'il demeure à la pointe des nouvelles technologies. Face aux iPhones successifs et à l’armada des smartphones utilisant le système d’exploitation Android de Google, les BlackBerry ont quelque peu perdu de leur attractivité. Aux États-Unis, où RIM demeure le leader du secteur, le smartphone canadien a vu ses parts de marché passés, entre juin et juillet, de 41,1 % à 39,9 %, selon le cabinet d'études ComScore. En janvier, il avoisinait les 45 %.

Le pari des tablettes s’avèrera-t-il payant pour RIM ? Il faudra attendre l’an prochain pour avoir un début de réponse. La PlayBook ne sera pas commercialisée avant le premier trimestre 2011 à un prix qui n’est pas encore tenu secret.

Première publication : 28/09/2010

  • TÉLÉCOMMUNICATION

    Orange veut dégainer sa propre tablette contre Apple

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Apple a écoulé deux millions d'iPad en deux mois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)