Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

Moyen-orient

Un businessman écope de 15 ans de prison pour le meurtre d'une chanteuse libanaise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/09/2010

Reconnu coupable du meurtre de la chanteuse libanaise Suzanne Tamim, l'homme d'affaires égyptien Hicham Talaat Moustafa (photo) a écopé de 15 ans de prison lors de son nouveau procès. En mai 2009, le businessman avait été condamné à mort.

AFP - Le magnat égyptien de l'immobilier Hicham Talaat Moustafa, qui avait été condamné à mort pour avoir commandité le meurtre d'une chanteuse libanaise à Dubaï, a écopé mardi de 15 ans de prison lors de son nouveau procès, a annoncé la télévision publique.

"Hicham Talaat Moustafa a été condamné à 15 ans de prison, et al-Sokkari (son complice, ndlr) à 25 ans pour le meurtre de Suzanne Tamim", a indiqué la télévision dans un bandeau.

En mai 2009, Talaat Moustafa, pilier du Parti national démocrate (PND, au pouvoir), avait été condamné à la peine capitale par pendaison pour avoir payé un policier égyptien à la retraite, Mohsen al-Sokkari, deux millions de dollars pour tuer la chanteuse Suzanne Tamim, avec laquelle il aurait eu une liaison.

La Cour de Cassation avait ordonné un nouveau procès en mars dernier.

L'affaire, mélange de meurtre, de pouvoir, de show-business et de sexe, est très suivie au Liban et captive l'Egypte, un pays où les puissants hommes d'affaires font rarement face à la justice.

Suzanne Tamim, qui s'était fait connaître après avoir gagné un concours de jeunes talents en 1996, avait été retrouvée morte en juillet 2008 dans son appartement de Dubaï, aux Emirats arabes unis. Elle avait été atteinte de plusieurs coups de couteau et avait eu la gorge entaillée, selon la presse.

Selon l'accusation, Mohsen al-Sokkari se serait rendu à son appartement en se présentant comme un employé de l'immeuble et l'aurait poignardée à mort.

Agée de 30 ans, la chanteuse avait eu, selon la presse égyptienne, une relation intime avec M. Moustafa durant trois ans. Celle-ci se serait terminée quelques mois avant le meurtre. La chanteuse avait alors quitté l'Egypte pour Londres, avant de s'installer à Dubaï.

Hicham Talaat Moustafa était à la tête du géant de l'immobilier égyptien, Talaat Moustafa Group (TMG), qui fait la Une de la presse pour une affaire de vente par l'Etat d'un terrain pour la construction d'un ensemble résidentiel, Madinaty, annulée par la justice mais maintenue par le gouvernement.

L'action de TMG est montée de plus de 5% à la Bourse du Caire aussitôt après l'annonce du nouveau verdict, a indiqué l'agence officielle égyptienne Mena.

Première publication : 28/09/2010

COMMENTAIRE(S)