Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

EUROPE

David Miliband quitte les instances dirigeantes du Parti travailliste

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/09/2010

Le candidat malheureux à la tête du Labour, David Miliband, a annoncé dans une interview son retrait du cabinet d'Ed, son frère et nouveau patron du parti. "Le mieux à faire est de soutenir Ed depuis les bancs des députés", a-t-il déclaré.

AFP - L'ex-ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband, a annoncé mercredi son retrait des instances dirigeantes du parti travailliste, quelques jours après avoir été battu par son frère Ed à la direction de la formation.

"Le mieux à faire pour moi dans l'immédiat est de soutenir Ed depuis les bancs des députés", a déclaré dans une interview à la BBC David Miliband, en référence aux rangées occupées au Parlement par les simples députés et non par les membres du "shadow cabinet".

Le "shadow cabinet", ou cabinet fantôme, est une sorte de gouvernement virtuel dédoublant les principaux ministères chargés de porter les propositions d'un parti. Il regroupe traditionnellement les figures qui comptent au sein d'une formation politique.

"Le parti a besoin d'un nouveau départ, pour son nouveau chef, et je pense qu'il est plus probable que cela soit le cas si, pour ma part, j'effectue un nouveau départ", a ajouté

David Miliband dans son interview à la BBC.

"Je pense que je peux lui donner la liberté et l'espace nécessaires pour mener le parti de l'avant d'une manière qu'il estime appropriée et sans aucune des distractions qui peuvent survenir quand on a un frère aîné assis à côté de soi", a-t-il ajouté.

L'ancien chef de la diplomatie, âgé de 45 ans, a été battu samedi à la tête du parti par à peine plus d'un point de pourcentage par son frère Ed, 40 ans. David avait pourtant longtemps joué les favoris pour succéder à l'ancien Premier ministre Gordon Brown, évincé du pouvoir et donc du parti lors des dernières législatives de mai.

Tout au long de la campagne pour l'élection du chef du Labour, les frères Miliband avaient promis que leurs liens familiaux ne souffriraient pas de leur candidature opposée.

Dans un discours inaugural au premier jour du congrès du Labour, lundi à Manchester (nord-ouest), David a officiellement appelé le Labour à s'unir derrière son "nouveau grand leader", saluant le discours-programme "vraiment très fort, très bon" de son frère cadet, avant de regagner Londres.

Mais, selon les médias, l'aîné des Miliband a très mal apprécié de se faire voler la vedette par son petit frère. La télévision a ainsi surpris un moment d'agacement de David, lorsque, lors de son discours devant les militants travaillistes, Ed a qualifié de "mauvaise" la décision d'envahir l'Irak en 2003 sous les applaudissements.

David, qui a soutenu la participation de Londres à la guerre, s'est ostensiblement abstenu d'applaudir, et a demandé visiblement agacé à sa voisine : "Tu as voté pour (l'invasion), alors pourquoi tu applaudis?"

Première publication : 29/09/2010

  • ROYAUME-UNI

    Ed Miliband prend les rênes du Parti travailliste

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Miliband demande des précisions sur le sort des Britanniques arrêtés par l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)