Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Asie - pacifique

Medvedev provoque l'ire du Japon en annonçant sa visite sur les îles Kouriles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/09/2010

Le gouvernement japonais exige du président russe qu'il renonce à visiter les îles Kouriles, comme il s'y est engagé mercredi. Moscou et Tokyo se disputent cet archipel annexé par les Soviétiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

AFP - Le gouvernement japonais a appelé mercredi le président russe Dmitri Medvedev à renoncer à son projet de visiter les îles Kouriles, réclamées par le Japon depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshito Sengoku, a déclaré à la presse que Tokyo avait "fait connaître sa position à la partie russe".

Interrogé sur le fait de savoir si le Japon avait explicitement demandé au président russe de renoncer à se rendre sur ces îles contestées, M. Sengoku a répondu: "Oui, c'est correct".

M. Medvedev s'est engagé mercredi à visiter "dans un avenir proche" les îles Kouriles.

Moscou et Tokyo sont en désaccord sur quatre îles de l'archipel des Kouriles, appelées Territoires du Nord par les Japonais, que les Soviétiques ont attaqué le 18 août 1945 puis annexé, alors qu'elles n'avaient jamais appartenu à la Russie.

Ce différend empêche les deux pays de signer un traité de paix depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Première publication : 29/09/2010

COMMENTAIRE(S)