Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Medvedev provoque l'ire du Japon en annonçant sa visite sur les îles Kouriles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/09/2010

Le gouvernement japonais exige du président russe qu'il renonce à visiter les îles Kouriles, comme il s'y est engagé mercredi. Moscou et Tokyo se disputent cet archipel annexé par les Soviétiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

AFP - Le gouvernement japonais a appelé mercredi le président russe Dmitri Medvedev à renoncer à son projet de visiter les îles Kouriles, réclamées par le Japon depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshito Sengoku, a déclaré à la presse que Tokyo avait "fait connaître sa position à la partie russe".

Interrogé sur le fait de savoir si le Japon avait explicitement demandé au président russe de renoncer à se rendre sur ces îles contestées, M. Sengoku a répondu: "Oui, c'est correct".

M. Medvedev s'est engagé mercredi à visiter "dans un avenir proche" les îles Kouriles.

Moscou et Tokyo sont en désaccord sur quatre îles de l'archipel des Kouriles, appelées Territoires du Nord par les Japonais, que les Soviétiques ont attaqué le 18 août 1945 puis annexé, alors qu'elles n'avaient jamais appartenu à la Russie.

Ce différend empêche les deux pays de signer un traité de paix depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Première publication : 29/09/2010

COMMENTAIRE(S)