Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Le "parrain" des blogueurs iraniens condamné à une lourde peine de prison

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/09/2010

Le blogueur Hossein Derakhshan avait ouvert la voie dans les années 2000 à des milliers d’autres blogs en persan. Détenu depuis deux ans, il a été condamné à 19,5 ans de prison, la plus lourde sentence jamais prononcée contre un blogueur en Iran.

Hossein Derakhshan a finalement échappé à la peine de mort. Celui qu’on surnomme le "parrain" des blogueurs iraniens a été condamné à 19,5 ans de prison, soit la plus lourde sentence prononcée, jusque-là, contre un blogueur en Iran, selon le site conservateur iranien mashreghnews (en persan).

Outre la peine de prison, le tribunal de Téhéran lui aurait infligé une amende de 30 000 euros assortie d’une interdiction d’écrire. Il a été reconnu coupable de coopération avec des pays ennemis, propagande contre le pouvoir, insulte à l'islam et promotion de groupes contre-révolutionnaires.

Depuis plusieurs jours, la communauté internationale s’inquiétait qu’il n’encourt la peine de mort. La mère d’Hossein Derakhshan avait même laissé entendre que le procureur avait requis "la sentence la plus sévère" à son égard.

Le Canada, (Hossein Derakhshan a la double nationalité depuis dix ans), a immédiatement demandé que cette figure emblématique de la Toile iranienne soit relâchée. Des militants des droits de l’Homme ont précisé qu’il pouvait faire appel du verdict.

Volte-face

Hossein Derakhshan était derrière les barreaux en attente de son procès depuis son retour au pays après un exil de huit ans au Canada. Avant de revenir en Iran, ce journaliste de 35 ans s’était rendu à deux reprises en Israël en 2006. Des visites, interdites par le régime iranien, qu’Hossein Derakhshan avait justifiées par son désir de démontrer aux Iraniens qu’Israël n’était pas "l’incarnation du mal". Après ces voyages, le discours du blogueur était devenu étrangement pro-Ahmadinejad. Une posture que ses amis expliquaient par le désir de pouvoir rentrer en Iran sans crainte…

Hossein Derakhshan s’était fait connaître au début des années 2000 en trouvant un moyen d’utiliser des plateformes de blogs en persan. Une découverte qui a donné naissance à des dizaines de milliers de blogs, faisant de la Toile iranienne l’une des plus actives de la région. De son côté, ce "parrain" a durant tout le temps de son exil, vivement critiqué le régime iranien, allant jusqu’à qualifier Mahmoud Ahmadinejad d’ "imbécile fondamentaliste". Des sorties que le régime n’a visiblement pas oubliées malgré la volte-face de ces dernières années.

Crédit photo : Hessam M. Armandehi

Première publication : 29/09/2010

  • IRAN

    La peine de mort plane sur le "père" des blogueurs iraniens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)