Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Culture

Les toiles de l'artiste russe Avdeï Ter-Oganian interdites au Louvre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/09/2010

Les œuvres picturales de l'artiste russe Avdeï Ter-Oganian ont été interdites au Louvre après une concertation entre Paris et Moscou. En cause : leur incitation "à la haine et à la violence". Le musée parisien se dit "embarrassé".

AFP - Les toiles abstraites d'un artiste contestataire interdites d'exposition au Louvre pourraient inciter à la haine et à la violence, a déclaré mercredi un vice-ministre russe de la Culture.

"Les oeuvres d'Avdeï Ter-Oganian représentent des toiles abstraites (...) avec des inscriptions qui pourraient être comprises comme des appels à un coup d'Etat et l'incitation à la haine ethnique et religieuse", a déclaré Andreï Boussyguine à l'agence Interfax.

Sur l'une des oeuvres au centre de la controverse, on peut voir un rectangle noir sur fond rouge au-dessus d'un petit cercle blanc, avec la légende : "Cette oeuvre appelle à commettre un attentat contre l'homme d'Etat V.V. Poutine (Premier ministre russe) dans le but d'arrêter son activité étatique et politique".

Un triangle orange sur fond noir porte l'inscription: "Cette oeuvre a pour but d'humilier les Russes et les Juifs". Une croix au-dessus d'un signe égal sur fond bleu "incite à la prostitution".

"On ne va pas se perdre dans des discussions sur ce que le peintre voulait dire par ces oeuvres. Est-ce une blague, de l'absurde ou quelque chose qui tombe sous le coup de la loi de la lutte contre l'extrémisme? Les uns vont rire, les autres prendront cela au sérieux", a poursuivi le responsable.

"Voilà pourquoi le ministère de la Culture n'a pas jugé opportun d'exposer ces oeuvres au Louvre", a-t-il souligne ajoutant que la décision avait été prise à la suite de consultations avec l'ambassadeur de France en Russie et la direction du Louvre.

Le musée du Louvre à Paris a confié mardi à l'AFP son "embarras" devant la décision des autorités russes.

Selon le galeriste russe Marat Guelman, sept artistes ont déclaré qu'ils ne participeraient pas à l'exposition en solidarité avec Avdeï Ter-Oganian.

Ter-Oganian, artiste qui joue sur la provocation, est sous le coup de poursuites pénales en Russie après avoir découpé en public des icônes orthodoxes pendant une foire artistique en 1998. Il s'est alors enfui à Prague où il vit toujours.
 

Première publication : 29/09/2010

  • ART CONTEMPORAIN

    La justice russe condamne les organisateurs d'une exposition d'œuvres censurées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)