Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Obama bat le rappel des troupes avant les élections de mi-mandat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/09/2010

En campagne à travers les États-Unis, le président américain tente de (re)mobiliser son électorat en vue des législatives de novembre. Selon plusieurs sondages, l'opposition républicaine pourrait reprendre la main sur le Congrès à l'issue du scrutin.

AFP - Le président américain Barack Obama, en tournée dans plusieurs Etats américains à l'approche des élections législatives de novembre, a retrouvé les accents de sa campagne présidentielle de 2008 mardi soir en prenant la parole devant plusieurs milliers de personnes.

"Je comprends que les gens soient frustrés, je comprends que les gens soient impatients face au rythme du changement", a lancé M. Obama à Madison (Wisconsin, nord) devant une foule de 26.500 personnes, la plus importante rassemblée pour l'écouter depuis son investiture en janvier 2009.

"Ce n'est pas le moment de perdre courage", a-t-il lancé devant ses partisans rassemblés à l'université du Wisconsin. "Ce n'est pas le moment d'abandonner".

M. Obama, tout en retrouvant des accents de roi de la scène, a reconnu la différence entre une candidature et une présidence.

"Je sais que les temps sont durs actuellement, je sais qu'on semble parfois loin de l'espoir et de l'excitation que nous avons ressentis le jour de l'élection", a-t-il reconnu. Mais, a-t-il enchaîné, "nous avons toujours su qu'il faudrait du temps. J'ai dit que ce serait dur, j'ai dit que nous aurions des choix difficiles à faire".

Sa visite de deux jours, entamée lundi soir au Nouveau-Mexique, vise à gêner les républicains aux entournures à l'approche du scrutin de mi-mandat le 2 novembre. Mais elle a aussi pour objectif de rallier des Etats tangents comme le Nouveau-Mexique, le Wisconsin, l'Iowa et la Virginie, cruciaux pour un éventuel deuxième mandat en 2012.

Les sondages montrent que les républicains pourraient l'emporter lors des élections de mi-mandat pour renouveler la totalité de la chambre des représentants et un tiers du Sénat.

"Je veux faire savoir à la jeunesse du pays à quel point cette élection est importante", avait dit lundi M. Obama, dont le taux d'approbation a chuté sous la barre des 50%, lui faisant perdre son statut d'atout maître pour ses alliés démocrates en campagne.

Première publication : 29/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les jeunes resteront-ils fidèles à Obama pour les élections de mi-mandat ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama redoute l'impact de l'économie sur les élections législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)