Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

Economie

L'offensive américaine contre le yuan irrite Pékin

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/09/2010

Le projet de loi voté par la Chambre des représentants américains contre la sous-dévaluation de la monnaie chinoise constitue l'une des premières traductions concrètes de la guerre commerciale que se livrent Pékin et Washington.

Pour certains, c’est une déclaration de guerre commerciale. Pour d’autres, un avertissement sans frais lancé à la Chine. Mais tous s’accordent à reconnaître que la "loi sur le yuan", adoptée mercredi par la Chambre des représentants américains, constitue l’une des premières traductions concrètes de la guerre des mots que se livrent Pékin et Washington sur les soupçons de manipulation des cours du yuan. Explication de texte (retrouvez le projet de loi dans son intégralité en anglais).

Chine ou pas Chine ? Le texte ne cite aucun pays nommément. Mais la cible de la "Currency Reform for Fair Trade Act" ("Loi de réforme monétaire pour un commerce équitable") est claire : sont visés les États qui influencent leur marché des changes, et dont la monnaie est "fondamentalement sous-évaluée". Au cas où Pékin n'aurait pas compris le message, le texte épingle également de façon spécifique "les États qui n’ont pas adopté une économie de marché".

Que propose la loi ? Le texte stipule qu’un pays manipulant sa monnaie peut être soumis à des taxes douanières sur l’importation de ses biens. La Chine peut toutefois s’estimer heureuse. Dans une première mouture, les États-Unis avaient en effet l’intention de mettre en place une taxe générale sur tous les biens importés d’un pays. Au final, le projet adopté par la Chambre des représentants prévoit des taxes au cas par cas. Ce lien établi entre monnaie et sanctions économiques est sans précédent. Jeudi, la Chine a estimé qu’une telle disposition serait contraire aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Qui décide des sanctions ?  Le texte prévoit que les sanctions puissent être décidées par le secrétaire américain au Commerce. Il reviendra donc au gouvernement, et au final au président américain, de prendre ces mesures de rétorsion, qui n’auront pas à recevoir l’aval du Congrès. En revanche, un flou certain entoure l’organe chargé de décider si un État manipule ou non sa monnaie. Dans le texte, il est juste fait mention d’une "autorité compétente".

Qui a voulu cette loi ? Elle a été introduite il y a un an par des parlementaires démocrates. Mais, phénomène assez rare en cette période pré-électorale, la Chambre des représentants a voté massivement pour (348 voix pour, 79 contre). Quelque 99 représentants républicains ont rejoint les troupes démocrates. Cette attaque commerciale contre la Chine doit cependant encore attendre avant d'être officiellement lancée puisque elle doit obtenir l'aval du Sénat. Le "New York Times" estime qu’en raison de l’agenda politique, il y a peu de chance que le texte se retrouve à l’ordre du jour des sénateurs avant les élections de mi-mandat du 2 novembre.

Quel impact économique ? Le commerce entre les États-Unis et la Chine représente chaque année près de 300 milliards de dollars. En cas d’escalade de sanctions commerciales entre les deux pays, le volume des échanges pourrait très vite se réduire et pénaliser les entreprises américaines qui exportent vers la Chine. Mais lors de la présentation de ce projet de loi, les démocrates qui l’ont promu ont soutenu que la sous-évaluation du yuan était déjà une petite catastrophe pour l’économie américaine. Ils ont en effet affirmé que la concurrence des produits chinois à bas prix avait provoqué la destruction de 1,5 million d’emplois aux États-Unis.

 

 

Première publication : 30/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les députés américains s'attaquent à la sous-évaluation du yuan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)