Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : suivez le match en direct

    En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza, le Hamas reste introuvable

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Economie

L'offensive américaine contre le yuan irrite Pékin

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/09/2010

Le projet de loi voté par la Chambre des représentants américains contre la sous-dévaluation de la monnaie chinoise constitue l'une des premières traductions concrètes de la guerre commerciale que se livrent Pékin et Washington.

Pour certains, c’est une déclaration de guerre commerciale. Pour d’autres, un avertissement sans frais lancé à la Chine. Mais tous s’accordent à reconnaître que la "loi sur le yuan", adoptée mercredi par la Chambre des représentants américains, constitue l’une des premières traductions concrètes de la guerre des mots que se livrent Pékin et Washington sur les soupçons de manipulation des cours du yuan. Explication de texte (retrouvez le projet de loi dans son intégralité en anglais).

Chine ou pas Chine ? Le texte ne cite aucun pays nommément. Mais la cible de la "Currency Reform for Fair Trade Act" ("Loi de réforme monétaire pour un commerce équitable") est claire : sont visés les États qui influencent leur marché des changes, et dont la monnaie est "fondamentalement sous-évaluée". Au cas où Pékin n'aurait pas compris le message, le texte épingle également de façon spécifique "les États qui n’ont pas adopté une économie de marché".

Que propose la loi ? Le texte stipule qu’un pays manipulant sa monnaie peut être soumis à des taxes douanières sur l’importation de ses biens. La Chine peut toutefois s’estimer heureuse. Dans une première mouture, les États-Unis avaient en effet l’intention de mettre en place une taxe générale sur tous les biens importés d’un pays. Au final, le projet adopté par la Chambre des représentants prévoit des taxes au cas par cas. Ce lien établi entre monnaie et sanctions économiques est sans précédent. Jeudi, la Chine a estimé qu’une telle disposition serait contraire aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Qui décide des sanctions ?  Le texte prévoit que les sanctions puissent être décidées par le secrétaire américain au Commerce. Il reviendra donc au gouvernement, et au final au président américain, de prendre ces mesures de rétorsion, qui n’auront pas à recevoir l’aval du Congrès. En revanche, un flou certain entoure l’organe chargé de décider si un État manipule ou non sa monnaie. Dans le texte, il est juste fait mention d’une "autorité compétente".

Qui a voulu cette loi ? Elle a été introduite il y a un an par des parlementaires démocrates. Mais, phénomène assez rare en cette période pré-électorale, la Chambre des représentants a voté massivement pour (348 voix pour, 79 contre). Quelque 99 représentants républicains ont rejoint les troupes démocrates. Cette attaque commerciale contre la Chine doit cependant encore attendre avant d'être officiellement lancée puisque elle doit obtenir l'aval du Sénat. Le "New York Times" estime qu’en raison de l’agenda politique, il y a peu de chance que le texte se retrouve à l’ordre du jour des sénateurs avant les élections de mi-mandat du 2 novembre.

Quel impact économique ? Le commerce entre les États-Unis et la Chine représente chaque année près de 300 milliards de dollars. En cas d’escalade de sanctions commerciales entre les deux pays, le volume des échanges pourrait très vite se réduire et pénaliser les entreprises américaines qui exportent vers la Chine. Mais lors de la présentation de ce projet de loi, les démocrates qui l’ont promu ont soutenu que la sous-évaluation du yuan était déjà une petite catastrophe pour l’économie américaine. Ils ont en effet affirmé que la concurrence des produits chinois à bas prix avait provoqué la destruction de 1,5 million d’emplois aux États-Unis.

 

 

Première publication : 30/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les députés américains s'attaquent à la sous-évaluation du yuan

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)