Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin relâche trois des quatre Japonais arrêtés la semaine dernière

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2010

Trois des quatre Japonais interrogés pour avoir pénétré sans autorisation dans une zone militaire chinoise ont été remis en liberté. L'enquête se poursuit pour le quatrième homme, accusé d'avoir "filmé illégalement des installations militaires".

AFP - La Chine a relâché jeudi trois Japonais sur les quatre qu'elle interrogeait pour avoir pénétré sans autorisation dans une zone militaire et filmé des installations sensibles, a rapporté l'agence Chine nouvelle, en pleine crise diplomatique entre les deux voisins.

Les trois Japonais "ont été relâchés jeudi matin après avoir admis qu'ils avaient violé la loi chinoise", selon l'agence officielle.

Cette libération a été confirmée par Tokyo. L'ambassade du Japon à Pékin a de son côté indiqué avoir eu mercredi un accès consulaire aux quatre Japonais mais qu'elle ne savait pas qu'ils allaient être libérés.

L'enquête se poursuit sur le quatrième Japonais, Sadamu (bien Sadamu) Takahashi, interrogé pour avoir "filmé illégalement des installations militaires", a ajouté Chine nouvelle.

L'interpellation des quatre hommes a eu lieu alors que la tension était très vive entre Pékin et Tokyo, suite à l'arraisonnement, le 7 septembre, d'un bateau de pêche chinois en mer de Chine orientale, dans une zone contrôlée par le Japon mais revendiquée par Pékin.

Détenu au Japon pendant 16 jours, le capitaine chinois du chalutier a été libéré vendredi dernier, une décision prise par les autorités japonaises après de vives protestations de Pékin.

Dans l'intervalle, des négociants japonais de métaux rares ont affirmé avoir subi un embargo sur les exportations de la Chine de ces matières. Cet embargo, qui n'a jamais été confirmé par Pékin, a depuis été levé.

Ces métaux, dits "terres rares", servent de nombreuses industries de pointe, des iPods aux ampoules à basse consommation d'énergie, en passant par les éoliennes, les véhicules électriques et la fibre optique.

Or la Chine assure à elle seule au moins 95% de la production mondiale de ces matières premières.

Lundi, le Japon a exigé le départ de deux navires envoyés par la Chine dans la zone disputée pour protéger ses marins après l'arraisonnement du chalutier.

Très poissonneuse, cette zone est située autour d'îlots inhabités appelés Diaoyu en chinois et Senkaku en japonais, et se trouve au-dessus de fonds marins potentiellement riche en hydrocarbures.

Le ministre japonais des affaires étrangères, Seiji Maehara, a jugé mercredi que la Chine avait révélé "son vrai visage" lors de cette crise, la pire depuis les violentes manifestations antijaponaises qui se sont déroulées en Chine en 2006.
 

Première publication : 30/09/2010

  • CHINE - JAPON

    Collision maritime : Tokyo demande à Pékin de régler la facture

    En savoir plus

  • CHINE-JAPON

    Tokyo fait un geste envers Pékin en libérant le capitaine du chalutier chinois

    En savoir plus

  • JAPON

    La crise diplomatique s’envenime entre Tokyo et Pékin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)