Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Afrique

L'ONU pointe le rôle de plusieurs pays africains dans les tueries de l'ex-Zaïre

Vidéo par Pauline SIMONET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2010

Publié ce vendredi, le rapport de l'ONU sur les crimes perpétrés lors des deux guerres, entre 1993 et 2003, accuse à des degrés divers plusieurs pays africains, dont le Rwanda, l'Ouganda, le Burundi et l'Angola.

AFP - L'ONU a publié vendredi son rapport controversé sur les atrocités commises en République démocratique du Congo (RDC) de 1993 à 2003 notant que les attaques des forces rwandaises contre des réfugiés hutu "pourraient être qualifiées de génocide" si ces actes sont prouvés "devant un tribunal compétent".

Le rapport, déjà dénoncé avec virulence par le Rwanda et l'Ouganda mis en cause dans le document relève que "les attaques apparemment systématiques et généralisées (...), ayant ciblé de très nombreux réfugiés hutu rwandais ainsi que des membres de la population civile hutu et causé leur mort, révèlent plusieurs éléments accablants qui, s'ils sont prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de crime de génocide", écrit le rapport qui dresse l'inventaire des atrocités commises de 1993 à 2003 dans l'ex-Zaïre.

"Ces attaques se sont déroulées dans chaque localité où des réfugiés ont été débusqué par l'AFDL/APR (Alliance des Forces Démocratiques pour la libération du Congo-Kinshasa/Armée Patriotique Rwandaise) sur une étendu très vaste du territoire", poursuit l'ONU dans son rapport.

Ces Hutu s'étaient réfugiés en RD Congo en raison de l'arrivée au pouvoir en 1994 à Kigali de la rébellion du Front patriotique rwandais (FPR) qui avait mis fin à un génocide ayant fait environ 800.000 morts, selon l'ONU, surtout parmi la minorité tutsi.

Fruit d'une enquête menée de juillet 2008 à juin 2009, le rapport de plus de 550 pages, dresse l'inventaire de 617 crimes graves ayant fait des dizaines de milliers de morts civils de 1993 à 2003 dans l'ex-Zaïre et plus particulièrement pendant les deux guerres de 1996-1998 et 1998-2001.

Dans un communiqué, la Haut commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, a noté que la "divulgation fin août du texte après la distribution du rapport en juin et juillet à six Etats de la région, avait conduit à +des discussions intenses sur un seul aspect+ du rapport - à savoir l’évocation de la possibilité que les forces armées du Rwanda et leurs alliés locaux auraient pu commettre des actes pouvant constituer des crimes de génocide".

"Le rapport souligne que cette question ne peut être tranchée que par un tribunal compétent", ajoute-t-elle.

A New York, l'ambassadeur de la RD Congo à l'ONU a réclamé "justice" au nom de la République démocratique du Congo, "consternée" par l'étendue des crimes perpétrés et révélés dans le rapport de l'ONU.

Le Rwanda pour sa part a "rejeté catégoriquement le rapport" de l'ONU.

Mme Pillay a souligné qu'il est "important de rappeler que le rapport porte sur la RDC, ainsi que sur la conduite des États voisins sur le territoire de la RDC".

"J'espère que, maintenant que le rapport est publié, il sera examiné attentivement, en particulier les mesures qu'il propose afin que les auteurs des actes en répondent et pour la justice en RDC, après une telle litanie d’actes épouvantables. Les millions de victimes congolaises des violations commises par une gamme extrêmement large d'acteurs méritent rien de moins", a-t-elle relevé.

La publication du rapport a été retardé d'un mois pour permettre aux pays concernés de se défendre dans des documents affiliés.

Le Haut commissaire aux droits de l'homme, a tenu à préciser vendredi dans une déclaration séparée que "le rapport parle de lui-même". "Il ne s'agit pas d'une enquête judiciaire et ne prétend pas être autre chose que ce qu'il est - un exercice préliminaire" indique-t-elle.

Première publication : 30/09/2010

  • RD CONGO

    L'ONU soupçonne des soldats rwandais de faits de "génocide" commis entre 1996 et 1998

    En savoir plus

  • DROITS DE L'HOMME

    Les Nations unies dénoncent l’impunité du viol en RD Congo

    En savoir plus

  • Violences sexuelles en RDC : l'ONU se met au travail

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)