Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Amériques

Tout ce qu'il faut savoir sur les élections américaines de mi-mandat...

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/11/2010

Le 2 novembre, les Américains seront appelés à se rendre aux urnes pour renouveler une partie de leurs gouverneurs et de leurs représentants au Congrès. France24.com s'est penché sur les enjeux d'un scrutin à valeur de test pour le président Obama.

Qu’est-ce que les élections de mi-mandat ?

Les élections de mi-mandat ont lieu au milieu d’un mandat présidentiel et permettent aux électeurs américains de renouveler une partie de leurs représentants au Congrès, mais aussi des gouverneurs d’État et des responsables locaux. Dans certains États, c’est aussi l’occasion de se prononcer sur des propositions de lois étatiques.

Le Congrès est composé de la Chambre des représentants et du Sénat. Tous les sièges de la Chambre des représentants, soit 435, et un tiers des 100 sièges du Sénat sont soumis au vote, ainsi que 37 des 50 postes de gouverneurs. Cette année, les élections sont prévues le 2 novembre.

Pourquoi sont-elles importantes ?

Ces élections sont souvent considérées comme ayant valeur de test pour le président en exercice. Dans cette campagne, les républicains tentent d’imposer cette vision, et présentent le scrutin comme un référendum sur Obama et une occasion pour les électeurs d’exprimer leur mécontentement à son sujet. Les élections de mi-mandat peuvent également servir d’indicateur de l’état d’esprit dans les deux principaux partis. Les démocrates espèrent, quant à eux, que les électeurs verront ce scrutin comme un choix entre leurs réformes et les politiques de l’ère Bush, toujours très impopulaires, et qu’ils tiennent pour responsables de nombreux problèmes auxquels font face les Américains.

Les élections du 2 novembre revêtent également un enjeu à l’échelle locale, puisque les électeurs sont invités à choisir les membres de leurs conseils municipaux, des juges et même des shérifs.

Quels en sont les résultats escomptés et quelles conséquences auraient-ils?

Si les résultats des élections de gouverneur ont des répercussions exclusivement locales, ceux du renouvellement du Congrès peuvent avoir un impact majeur sur la politique fédérale, notamment sur la capacité du président à mettre en œuvre ses promesses électorales.

À l’heure actuelle, les deux organes du Congrès ont une majorité démocrate. C’est ce qui a permis au président Barack Obama de mener à bien nombre de ses réformes phares, comme celle du système de santé ou de la régulation financière.

Trois cas de figures peuvent être envisagés à l’issue de ces élections de mi-mandat. Tout d’abord, les démocrates parviennent à conserver la majorité dans les deux Chambres, ce qui permettrait à Obama de poursuivre ses objectifs politiques avec de réelles chances d’y parvenir. Néanmoins, si les républicains gagnent ne serait-ce qu’un siège de plus au Sénat, cela pourrait renforcer leurs tentatives d’obstruction, leur donnant plus de chances de mettre en échec les initiatives démocrates.

Les républicains pourraient obtenir la majorité à l’un des deux organes du Congrès, (vraisemblablement, la Chambre des représentants), rendant plus difficile l’adoption de réformes lancées par Obama (les deux Chambres doivent approuver les réformes avant qu’elles puissent être ratifiées par le président). Selon les experts, c’est le scénario le plus vraisemblable.

Enfin, les républicains pourraient obtenir la majorité aux deux Chambres. La tâche de Barack Obama pour mettre en œuvre des réformes clés comme celles concernant le réchauffement climatique ou l’immigration, serait rendue d’autant plus difficile. Dans ce dernier scénario, le processus législatif risquerait d’être bloqué, contraignant le président à user de son veto pour renvoyer des réformes soutenues par les républicains devant le Congrès.

À travers l’histoire, quelles conséquences marquantes ont pu avoir les élections de mi-mandat ?

Elles ont souvent été synonymes de mauvaises nouvelles pour le parti du président en exercice. Sur les 17 élections de mi-mandat tenues, le parti présidentiel a perdu en moyenne 28 sièges à la Chambre des représentants et 4 au Sénat.

Lors du dernier scrutin en 2006, une vague de mécontentement anti-Bush avait permis aux démocrates de s’emparer de la Chambre, du Sénat et de rafler également la majorité des postes de gouverneur. Autre exemple notable : en 1994, les Américains ont voulu que les républicains reviennent au Congrès, après la tentative infructueuse de Bill Clinton de réformer le système de santé.

Le résultat des élections de mi-mandat reflète-t-il celui de la prochaine présidentielle ?

Selon les analystes, les élections de mi-mandat sont influencées par la popularité du président lors du vote et par l’état de l’économie du pays. Étant donné que ces deux facteurs sont très variables, on ne peut donc considérer les scrutins de mi-mandat comme une prédiction fiable des résultats de la présidentielle à venir. Certains présidents qui ont essuyé de cuisants revers lors d’élections de mi-mandat ont été réélus deux ans plus tard, comme Harry Truman en 1946, Ronald Reagan en 1982 et Bill Clinton en 1994.

 

 

Première publication : 01/10/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les jeunes resteront-ils fidèles à Obama pour les élections de mi-mandat ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama bat le rappel des troupes avant les élections de mi-mandat

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)