Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Amériques

Le secrétaire général de la Maison Blanche démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2010

Afin de pouvoir se porter candidat à la mairie de Chicago, Rahm Emanuel, le secrétaire général du président américain, a démissionné vendredi. Son remplacement sera assuré par Pete Rouse, un des plus anciens collaborateurs de Barack Obama.

AFP - Le président américain a accepté vendredi la démission du secrétaire général de la Maison Blanche, Rahm Emanuel, qui aspire à la mairie de Chicago, et annoncé son remplacement par Pete Rouse, un autre de ses hommes de confiance, au profil plus discret.

M. Obama, qui a ironisé en reconnaissant faire "l'annonce la moins chargée de suspense de tout les temps" en raison des nombreuses fuites dans les médias sur le départ de M. Emanuel, a rendu hommage à "un dirigeant incomparable" de l'équipe de la Maison Blanche. "Il va beaucoup nous manquer", a dit le président américain.

Quant à Pete Rouse, il est nommé "secrétaire général par intérim au moment où nous entrons dans une nouvelle phase de notre administration", a dit M. Obama. "Il est connu comme quelqu'un qui sait résoudre les problèmes, et la bonne nouvelle pour lui c'est qu'il va avoir de nombreux problèmes à résoudre", a plaisanté le président américain.

Rahm Emanuel, boule d'énergie et bourreau de travail connu pour son attitude particulièrement irrévérencieuse avec ses ennemis politiques, n'a jamais caché son intérêt pour la mairie de Chicago dont le maire depuis 22 ans, Richard Daley, ne souhaite pas se représenter.

Son successeur est un conseiller de longue date de M. Obama, qui l'aurait décrit un jour comme "n'ayant absolument aucun ego", selon des propos rapportés vendredi par le Washington Post.

A 64 ans, M. Rouse, célibataire, a passé l'essentiel de sa carrière en tant que chef de cabinet de personnalités politiques démocrates, en particulier M. Obama lui-même lorsqu'il était sénateur. Il est décrit par le journal Politico comme un travailleur tout aussi inlassable que M. Emanuel, mais plus "méthodique" que son prédécesseur, enclin à l'improvisation.

A bien des égards, les deux hommes semblent avoir des personnalités opposées. Alors que M. Emanuel, considéré comme un dur à cuire, a été surnommé "Rahmbo", M. Rouse, auquel on prêterait le surnom de "Yoda" comme le sage de la Guerre des étoiles, est décrit par le New York Times comme "un acteur influent mais discret, capable d'enjôler sans utiliser de mots grossiers et évitant les bavardages avec les journalistes".

Son atout maître semble être un entregent sans limite dans les milieux politiques de Washington, malgré son aversion pour les mondanités. Il est ainsi surnommé "le 101e sénateur en raison de sa connaissance étendue du Congrès", selon sa biographie diffusée par la Maison Blanche.

Il arrive dans une période de transition, notamment après le départ de presque la totalité des conseillers économiques de la Maison Blanche et à l'approche des élections de mi-mandat, le 2 novembre, qui pourraient voir les adversaires républicains de M. Obama obtenir la majorité des sièges à la Chambre des représentants, voire au Sénat.

Mais il pourrait rester jusqu'à la fin de l'année et est considéré comme un candidat sérieux pour occuper le poste de manière permanente, selon le quotidien en ligne Huffington Post.

Le poste de secrétaire général est une fonction clef de la Maison Blanche: il contrôle l'accès au président et est impliqué dans tous les aspects des activités de l'administration. C'est, selon le Huffington Post, "le poste le plus exigeant et le plus influent de la Maison Blanche, à part celui d'Obama", et la plupart de ses titulaires n'y demeurent guère plus de deux ans.

Première publication : 01/10/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Tout ce qu'il faut savoir sur les élections américaines de mi-mandat...

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les jeunes resteront-ils fidèles à Obama pour les élections de mi-mandat ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)