Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Moyen-orient

Le bloc chiite soutient Nouri al-Maliki au poste de Premier ministre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2010

L'Alliance nationale, principal bloc chiite au Parlement irakien - mais qui ne dispose pas de la majorité - a annoncé vendredi avoir choisi son candidat pour former le gouvernement : Nouri al-Maliki, Premier ministre sortant.

AFP - Le principal bloc chiite au Parlement irakien a choisi vendredi le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki comme son candidat pour former le prochain gouvernement, ce qui pourrait permettre à l'Irak de sortir d'une longue crise politique.

L'Alliance nationale (AN) ne dispose pas de la majorité au Parlement, mais son annonce résonne comme un premier signe d'espoir près de sept mois après les secondes législatives de l'après-Saddam Hussein.

Elle constitue un important progrès après des mois de négociations stériles entre les partis politiques, englués dans une impasse qui a fait craindre un retour des violences en Irak et compliqué les efforts de reconstruction du pays.

"L'Alliance nationale a désigné Maliki comme son candidat pour le poste de Premier ministre", a déclaré lors d'une conférence de presse le député Falah Fayadh, membre de l'Alliance nationale irakienne (ANI), l'une des composantes de l'AN.

Les législatives du 7 mars n'ont donné à aucun parti la capacité de gouverner seul. L'Alliance nationale regroupe l'Alliance de l'Etat de droit (AED - chiite), liste conduite par M. Maliki, et l'ANI, un regroupement de partis religieux chiites.

Avec 89 sièges sur 325, l'AED est arrivée deuxième des élections du 7 mars dernier, derrière le Bloc irakien (91 sièges), une liste conduite par l'ex-Premier ministre Iyad Allawi et soutenue par de nombreux sunnites.

L'ANI s'est classée en troisième position avec 70 sièges et a longtemps souhaité que le vice-président Adel Abdel Mehdi forme le prochain gouvernement.

La décision de l'AN annoncée vendredi implique que M. Maliki dispose désormais du soutien de 132 députés, car certaines formations de l'ANI -le Conseil suprême islamique en Irak et Fadhila- comptant 27 élus au total ne participaient pas aux négociations.

S'il dispose du plus vaste soutien au Parlement, M. Maliki n'est cependant pas assuré de former le prochain gouvernement, puisqu'il lui manque encore une trentaine de sièges pour être majoritaire.

On ignore en outre si M. Maliki tentera à nouveau d'incorporer dans sa coalition le Bloc irakien, comme l'ont maintes fois préconisé les Etats-Unis, qui disposent toujours de 50.000 militaires américains en Irak.

Les négociations entre MM. Maliki et Allawi n'ont à ce stade rien donné et vendredi dernier, le Bloc irakien a réaffirmé qu'il ne prendrait pas part à un gouvernement dirigé par le sortant.

Pour de nombreux experts, ne pas inclure les sunnites dans le prochain gouvernement pourrait déclencher de nouveaux affrontements confessionnels dans un pays où la situation est encore loin d'être stabilisée.

Certains généraux américains ont récemment confié que l'incertitude politique avait favorisé la réapparition de milices en Irak, notamment dans le Sud, et nuisait aux efforts des forces de sécurité pour obtenir des informations sur les insurgés.

La crise politique a ainsi été citée comme une des raisons de la persistance des violences. Cinq personnes, dont un policier et un soldat, ont encore été tués vendredi dans des attaques à Bagdad et Mossoul, dans le nord du pays, selon un responsable des forces de sécurité.

Ce blocage a aussi mis un coup de frein à la reconstruction, laissant en souffrance de nombreux dossiers importants, comme la loi sur les hydrocarbures censée réguler la distribution du pétrole.

L'Irak a égalé vendredi le triste record du pays ayant échoué pendant la plus longue période (208 jours) à former un gouvernement à l'issue d'élections, selon le professeur Christopher J. Anderson, directeur de l'Institut d'études européennes, à l'université américaine de Cornell. Il a indiqué que ce record avait été établi par les Pays-Bas en 1977.

Première publication : 01/10/2010

  • IRAK

    Nouvel échec des discussions en vue de la formation d'un gouvernement

    En savoir plus

  • IRAK

    La Cour suprême valide le résultat des législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)