Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Afrique

Le Rwanda rejette le rapport de l’ONU sur les tueries de l'ex-Zaïre

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2010

Dans leur rapport, les Nations unies dressent l'inventaire de crimes commis par les forces rwandaises, contre les hutus, qui "pourraient être qualifiés de génocide". "Une insulte à l’Histoire", déclare le président Paul Kagame.

Vive émotion au Rwanda. Aussitôt après la publication du rapport de l’ONU, vendredi, sur les atrocités commises en RD Congo (République démocratique du Congo, ex-Zaïre) entre 1993 et 2003, le Rwanda a "rejeté catégoriquement" les conclusions onusiennes. Kigali a même qualifié le texte d’"insulte à l’Histoire".

Selon les Nations unies, les attaques des forces rwandaises "apparemment systématiques" contre des réfugiés et des civils hutus, commises dans l’est de la RD Congo (ex-Zaïre) "pourraient être qualifiées de génocide", si le tribunal compétent en la matière les juge ainsi.

Aujourd’hui, "le fait que Paul Kagame lui-même soit accusé de génocide est inconcevable pour les Rwandais", rappelle Fabienne Pompey, correspondante France 24 à Kinshasa.


Un rapport "douteux"

L’évocation du terme de "génocide" évoque en effet des souvenirs récents et douloureux au Rwanda. En 1994, quelque 800 000 tutsis avaient en effet trouvé la mort, avant que les troupes de Paul Kagame, l’actuel président, ne mettent fin aux massacres sur le sol rwandais.

Embarras à Kinshasa

Il n’y a pas qu’à Kigali que le rapport suscite aujourd’hui une vive émotion. La publication de ce rapport plonge aussi Kinshasa dans l’embarras. Lorsque l’ONU enquêtait, le gouvernement du président Kabila était en froid avec Kigali. "Depuis, les relations entre les deux voisins se sont réchauffées, au point qu’il est devenu difficile pour la RD Congo de soutenir des accusations de génocide contre le Rwanda", rappelle Fabienne Pompay.

Pourtant, la RD Congo a officiellement fait savoir qu’elle était "consternée" par les conclusions onusiennes, et qu’elle réclamait justice pour les crimes commis. Les Congolais ont en effet soif de justice. L’ONU s’est bien penchée sur les violences commises de 1993 à 2003. Mais les violences n’ont jamais cessé, puisque, encore aujourd’hui des groupes rebelles commettent viols et autres exactions dans l’est du Congo.
 

Kigali reproche aujourd’hui à l’ONU de se fonder sur des preuves insuffisantes. "Vu de l’Afrique, ce rapport paraît très douteux", explique Albert Rudatsimburwa, directeur de contact FM, une importante radio privée du Rwanda pro-Kagamé. "Comment quelques personnes pourraient-elles couvrir tous les évènements sur presque un sous-continent comme l’ex-Zaïre sur une période de 10 ans en quelques semaines ?", s’étonne-t-il au micro de France 24.

"Il y a eu des guerres, et donc des victimes, certes. Mais j’ai l’impression qu’une partie de l’ONU cherche à se venger d’une situation à laquelle ils n’ont pas pu faire face. Que ce soit, au Rwanda, où ils n’ont pas pu stopper le génocide où dans l’est du Zaïre, où ils n’ont pas pu venir en aide aux réfugiés. Aujourd’hui, ce sont les mauvaises personnes qui pointent du doigt des personnes qui ne sont pas les responsables", poursuit-il.

Peu après la fin du génocide de 1994, le Rwanda s'est senti menacé par la présence de ces réfugiés à la frontière, parmi lesquels se trouvaient d’anciens génocidaires. Lorsque les forces rwandaises ont passé la frontière pour soutenir la rébellion congolaise, en guerre contre les autorités en place de 1996 à 1998, elles se sont par conséquent livrées à des violences contre les hutus dans l’est du Congo.

La théorie du "double génocide"

Dans son commentaire officiel sur le rapport, Kigali accuse aussi les Nations unies de chercher à "valider la théorie du double génocide", fondée sur le fait que l’armée aurait mis en place des représailles contre les hutus ayant fui dans l’est du Zaïre voisin.

Ces actes sont aujourd’hui au cœur de l’enquête menée par l’ONU, dont les conclusions sont publiées ce vendredi. Dans ce texte de 550 pages, les Nations unies détaillent une liste de 617 crimes graves ayant provoqué des dizaines de milliers de morts de civils entre 1993 et 2003. Il porte notamment sur des tueries, des viols et des pillages, qui, selon l’ONU, ont été perpétrés par des mouvements de rébellion, mais aussi par des armées nationales comme celles du Zaïre, de l’Angola, du Zimbabwe, et surtout celle du Rwanda.

Aujourd'hui, ces crimes pourraient être qualifiés, par la justice internationale, de "génocide". "Cette question ne peut être tranchée que par un tribunal compétent", a insisté le Haut commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, lors de la divulgation du texte.

 

Première publication : 01/10/2010

  • RD CONGO

    "L’ONU fait des rapports depuis 15 ans, mais les atrocités se répètent"

    En savoir plus

  • DROITS DE L'HOMME

    Les Nations unies dénoncent l’impunité du viol en RD Congo

    En savoir plus

  • Violences sexuelles en RDC : l'ONU se met au travail

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)