Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Un ex-responsable de la fondation Mandela inculpé pour possession illégale de diamants

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/10/2010

Après le témoignage de l'ex-mannequin Naomi Campbell devant le tribunal international de la Haye, Jeremy Ratcliff, un ancien responsable du Fonds d'aide à l'enfance de Nelson Mandela a été inculpé de possession illégale de diamants bruts.

AFP - Un ancien responsable du Fonds d'aide à l'enfance de Nelson Mandela (NMCF) a été inculpé vendredi après la déposition de Naomi Campbell devant le tribunal de La Haye assurant qu'elle lui avait remis trois diamants bruts donnés par Charles Taylor en 1997.

Jeremy Ractliffe, qui a admis avoir gardé les diamants et ne les avoir remis à la police qu'après le témoignage de Naomi Campbell au procès de l'ancien président libérien, a été inculpé de possession illégale de diamants bruts, a indiqué l'autorité judiciaire sud-africaine.

Le porte-parole du directeur national des poursuites judiciaires Mthunzi Mhaga a confirmé que M. Ractliffe avait comparu devant le tribunal de Johannesburg mardi et le procès a été renvoyé au 27 octobre.

"Il a comparu mardi (...) sous l'accusation de violation du diamonds act, en relation avec possession de diamants bruts", a déclaré M. Mhaga à l'AFP.

M. Ractliffe a démissioné du NMCF 12 jours après avoir admis qu'il avait gardé les diamants pendant plus de dix ans et seulement parce qu'il en avait été question lors du procès devant le Tribunal spécial pour la Sierra leone (TSSL) qui juge l'ex-président libérien charles Taylor pour crimes de guerre et crimes contre l'Humanité.

La célèbre mannequin a affirmé dans son témoignage avoir reçu ces diamants dans la nuit qui suivit un dîner de charité organisé en 1997 au Cap par l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, et auquel participait Charles Taylor.

L'accusation au TSSL veut démontrer que Charles Taylor, 62 ans, a menti en affirmant ne jamais avoir possédé de diamants bruts.

L'ex-président du Liberia plaide non coupable de onze crimes, notamment de meurtres, de viols et d'enrôlement d'enfants soldats pendant la guerre civile en Sierra Leone, qui a fait 120.000 morts.

M. Taylor, dont le procès s'est ouvert en janvier 2008, est accusé d'avoir dirigé en sous-main les rebelles du RUF pendant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2001), leur fournissant armes et munitions en échange de "diamants du sang".

Première publication : 02/10/2010

  • PROCÈS TAYLOR

    L'avocat de Taylor rejette les accusations de Carole White

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Naomi Campbell accepte de témoigner au procès de Charles Taylor

    En savoir plus

  • SIERRA LEONE

    Charles Taylor sous le feu des questions des procureurs du TPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)