Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Amériques

Les Brésiliens s'apprêtent à élire le successeur de Lula

Vidéo par Shona Bhattacharyya

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2010

Quelque 136 millions d’électeurs brésiliens s’apprêtent à désigner leur nouveau chef d'État. Dilma Rousseff, favorite des sondages et adoubée par le charismatique président sortant Lula, est en passe de devenir la première présidente du pays.

Les Brésiliens s’apprêtent à tourner une page de leur histoire. Après huit ans à la tête du pays, l’emblématique président brésilien Luiz Iniacio Lula da Silva s’apprête à passer la main, la Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat consécutif. Dimanche, 136 millions d’électeurs doivent désigner son successeur. C’est d'ailleurs la première fois depuis 1989 qu’une élection présidentielle se déroule sans Lula.

Lula et sa "Dame de fer"

Sa dauphine, Dilma Rousseff (Parti des Travailleurs), part largement favorite. Un sondage publié mercredi lui accorde 54,7 % d’intentions de vote. Quasi inconnue du grand public il y a un an, celle que les Brésiliens appellent simplement "Dilma" tire un très large bénéfice du soutien de Lula. Le président sortant jouit d’une grande popularité (sa cote frise les 80%, selon de récents sondages).

Également surnommée la "Dame de fer", Dilma Rousseff pourrait être élue dès le premier tour. Elle serait alors la première femme à diriger le géant sud-américain. Fille d’un avocat d’origine bulgare et d’une enseignante brésilienne, elle combattu la dictature au sein de la guérilla et a passé trois ans dans les geôles du régime, où elle a été torturée.

À 62 ans, Dilma Rousseff n’a jamais occupé de mandat électif. Elle fut tour à tour nommée secrétaire d’État à l’Énergie, puis ministre des Mines et de l’Énergie avant d’être désignée par Lula pour diriger le cabinet présidentiel, succédant ainsi à José Dirceu, poussé à la démission après un scandale de corruption.

L’élection de Dilma, "une question de date"

Ses adversaires à la présidentielle apparaissent loin derrière elle dans les sondages. Son principal opposant, l’ancien gouverneur de l’État de Sao Paulo, José Serra (Parti de la social-démocratie brésilienne), recueille à peine 28% des intentions de vote - soit plus de 25 points de moins que la favorite. Pourtant, au début de l’été, il caracolait en tête des sondages. Quant à Marina da Silva, ancienne ministre de l’Environnement de Lula, elle bénéficierait d'à peine 14% d'intention de vote.

Si Dilma Rousseff n’est pas élue dimanche, un second tour aura lieu le 31 octobre. Mais aux yeux des analystes, les jeux sont faits. L’élection de Dilma Rousseff "n’est qu’une question de date : dimanche 3 octobre ou dimanche 31 octobre", a affirmé à l’AFP Carlos Lopes, analyste à l’Institut Santafé Ideias. "La majorité de l'électorat vote pour la continuité représentée par la candidate de Lula et je ne pense pas que Serra ou Marina Silva puissent changer cela", a-t-il poursuivi.

Dimanche, les Brésiliens devraient aussi élire 531 députés de l’Assemblée nationale et renouveler une partie du Sénat. Ils doivent également désigner les gouverneurs et les députés des 27 États que compte le pays. Le Parti des Travailleurs actuellement au pouvoir devrait conserver sa majorité au Congrès.

Première publication : 02/10/2010

  • BRÉSIL

    Les principaux candidats à la succession de Lula

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Lula, la star des jingles de la campagne présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)