Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Amériques

"Pourquoi je n’aime pas Lula"

Texte par Marianne NIOSI

Dernière modification : 03/10/2010

Lula ne semble faire que des heureux parmi ceux qui voudraient voir la pauvreté, ce fléau brésilien, éradiquée pour de bon. À gauche de Lula pourtant, des voix insatisfaites se font entendre.

Wesley Denilio le dit sans ambages : il est révolté. A 33 ans, ce jeune Brésilien a vécu tout sa vie dans une favela de la ville de Rio de Janeiro et il ne supporte pas la pauvreté qui l’entoure. Lula ? "Oui, c’est un symbole important pour nous. Avant, on disait qu’un type venu du peuple, qui n’avait pas fait d’études, ne méritait pas de diriger le pays. Il a prouvé que nous valons plus que ce que les riches ont toujours pensé."

Pour autant, Wesley n’est pas fan du président brésilien sortant. Ou enfin, il ne l’est plus : "Quand Lula a gagné, j’étais dans la rue comme tout le monde, j’étais vraiment ému." Puis tombe le jugement, sans appel : "Mais Lula n’est plus de gauche. Lula nous a trahis."

Comment l’homme considéré de part le monde comme le plus grand leader de gauche actuel peut-il être qualifié de traître par un Brésilien, des classes populaires de surcroît ? Wesley – militant multi-casquette : rappeur, journaliste, étudiant… - égrène les problèmes qui demeurent : le piètre état du système éducatif, la santé publique en lambeaux, le prix prohibitif des transports en commun…

Pour lui, les programmes sociaux mis en place par Lula ne sont qu’une mesure électoraliste ayant peu d’effets concrets. "Le salaire minimum est de 550 réaux alors que les loyers dans n’importe quelle favela de Rio de Janeiro sont rarement sous les 300 réaux. La Bolsa familia, c’est 60 réaux en moyenne pour une famille par mois. C’est trop peu. Les pauvres n’ont pas de quoi vivre !", s’emporte le jeune homme.

"J’ai des copains qui encore aujourd’hui ne peuvent pas se rendre au centre-ville parce qu’ils ne peuvent pas se payer un ticket de bus", déplore-t-il. "Non, vraiment, Lula ne gouverne pas pour le peuple, assène celui qui se dit "subversif", mais pour les élites et les banquiers."

 

 

Première publication : 02/10/2010

  • BRÉSIL

    Les Brésiliens s'apprêtent à élire le successeur de Lula

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE BRÉSILIENNE

    Le camp de Lula affiche sa confiance

    En savoir plus

  • Au-delà de la popularité de Lula

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)