Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Quelle stratégie face à l'organisation de l'Etat islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'Etat Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : la Belgique arrêtera son aide directe en cas de 3è mandat de Pierre Nkurunziza

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une histoire de fou" : la mémoire du génocide arménien au cinéma

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Palmyre en danger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : David Letterman fait ses adieux au "Late Show"

En savoir plus

POLITIQUE

François Bayrou : "Je n’ai jamais souhaité que l’on bombarde Bachar Al-Assad"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Paul Polman : "Nous devons nous attaquer au problème du changement climatique"

En savoir plus

Moyen-orient

Deux soldats reconnus coupables de s'être servis d'un enfant comme bouclier humain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/10/2010

Un tribunal militaire a reconnu deux soldats coupables d'avoir contraint un enfant palestinien à vérifier des sacs suspects lors de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, de décembre 2008 à janvier 2009.

AFP - Deux soldats israéliens ont été reconnus coupables de s'être servis d'un enfant palestinien comme d'un "bouclier humain" durant la guerre contre la bande de Gaza (décembre 2008 - janvier 2009), selon un jugement rendu dimanche par un tribunal militaire israélien.

Le tribunal militaire des forces terrestres de la région sud a reconnu les deux soldats comme coupables de "conduite non conforme aux normes", a indiqué le tribunal dans son jugement, dont une copie est parvenue à l'AFP.

Le 15 janvier 2009, les deux militaires avaient mis en danger un enfant palestinien, alors âgé de 9 ans, en le contraignant d'aller vérifier le contenu de sacs appartenant à des "suspects palestiniens" arrêtés.

Cette pratique a été formellement interdite par un arrêt de la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire israélienne.

Le tribunal militaire a précisé dans son jugement que la sentence des deux soldats, qui avaient comparu le 24 mars, sera rendue ultérieurement.

En signe de protestation contre les poursuite engagées, plusieurs soldats de la même unité sont venus dimanche dans la salle d'audience du tribunal revêtus de tee-shirts sur lesquels était écrit: "nous sommes des victimes de Goldstone", a indiqué la radio.

Les militaires faisaient allusion au rapport du juge Richard Goldstone, mandaté par l'ONU, qui a accusé Israël et des groupes palestiniens d'avoir commis des crimes de guerre pendant l'opération "Plomb durci" durant laquelle 1.400 Palestiniens ont été tués, en majorité des civils, selon des sources médicales palestiniennes tandis que treize Israéliens ont trouvé la mort.

En juillet dernier, le procureur militaire israélien a annoncé "qu'aucune faute n'a été relevée lors des actions des forces armées à Gaza et que dans d'autres cas, les preuves étaient insuffisantes", après l'examen de 150 incidents et l'ouverture de près de 50 enquêtes par la police militaire israélienne.

Une procédure a cependant été engagée en août contre un soldat soupçonné d'avoir tué deux Palestiniennes qui brandissaient des drapeaux blancs durant l'offensive "Plomb durci".

Première publication : 03/10/2010

  • PROCHE-ORIENT

    L'OLP et le Fatah appellent à suspendre les négociations avec Israël

    En savoir plus

  • ÉMIRATS ARABES UNIS

    Le chef de la police de Dubaï déclare "être menacé" par le Mossad

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Tsahal intercepte le bateau de pacifistes juifs qui se dirigeait vers Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)