Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costia Concordia

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Tribunal spécial pour le Liban pris pour cible par Damas

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 05/10/2010

La Syrie a émis 33 mandats d’arrêt à l’encontre de personnalités qui auraient fourni de faux témoignages dans l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri (photo). Une démarche qui a exacerbé les tensions liées à ce dossier au pays du Cèdre.

La Syrie a emboîté le pas de ses alliés libanais du Hezbollah et de l’opposition prosyrienne. La campagne menée depuis quelques mois par ces derniers contre le Tribunal spécial pour le Liban, créé par l’ONU et chargé de juger les commanditaires de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, a pris de l’ampleur après l’émission par la justice syrienne de mandats d'arrêt à l'encontre de 33 personnalités libanaises, arabes et étrangères pour "fabrication de faux témoignages".

Sur la liste figurent l’ancien chef de la commission d’enquête de l’ONU, Detlev Mehlis, le procureur général libanais Saïd Mirza, le chef des Forces de sécurité intérieures libanaises Achraf Rifi, un ancien ministre de la Justice du pays du Cèdre, un député, des journalistes et des proches collaborateurs de l’actuel chef du gouvernement Saad Hariri. Pour le député Marwan Hamadé, qui fait partie de la liste des 33, "ces mandats sont inopérants au Liban, ce n’est pas la première fois que je suis nommément visé, ils ont déjà essayé de me tuer avec une bombe", précise-t-il en référence à l’attentat dont il est sorti indemne en octobre 2004. Il avait, à l’époque, accusé le régime syrien de l’avoir commandité.

Valeur juridique floue

La valeur juridique de ces mandats d’arrêts lancés par le premier juge d'instruction de Damas à l’encontre de hautes figures libanaises et de cadres de l'ONU reste floue. Selon une source judiciaire proche du gouvernement libanais interrogée par France24.com, ces actes n’ont de valeur qu’auprès de la justice syrienne. Si le Liban ne réagit pas, la procédure judiciaire se poursuivra en Syrie où des jugements par défaut seront prononcés. La Syrie peut aussi transmettre le dossier à Interpol, précise cette source judiciaire, mais elle ne sera pas alors maître de la décision finale car l’institution internationale détient un pouvoir discrétionnaire quant à l’exécution des demandes des États.



"Une véritable déclaration de guerre"

À l’origine de la plainte déposée en Syrie, le général Jamil Sayyed qui, au moment de l’attentat contre Hariri et de la tutelle syrienne, était directeur de la Sûreté générale libanaise. Il affirme avoir été détenu arbitrairement au Liban de 2005 à 2009, dans le cadre de l’enquête, à la suite de dénonciations calomnieuses.

Ces mandats ont eu l’effet d’une bombe à Beyrouth, où la tension liée à l'enquête menée par le TSL est déjà vive entre la majorité parlementaire et l’opposition dominée par le Hezbollah. Le parti chiite accuse en effet le tribunal de vouloir lui nuire en mettant en cause certains de ses membres. Selon le secrétaire général du parti de Dieu, Hassan Nasrallah, l’enquête repose sur de faux témoignages et l’instance internationale est "à la solde d'Israël". Pour Marwan Hamadé, "il s’agit ni plus ni moins d’une diversion à quelques mois de la publication de l’acte d’accusation du tribunal qui est la véritable cible de cette campagne". Le quotidien francophone libanais L'Orient Le Jour a, de son côté, interprété la démarche syrienne comme étant "une véritable déclaration de guerre" dont le "timing ne peut avoir qu’une dimension politique".

Première publication : 05/10/2010

  • LIBAN

    L'opposition tente d'exploiter le mea culpa de Saad Hariri

    En savoir plus

  • LIBAN

    Saad Hariri regrette d'avoir accusé la Syrie du meurtre de son père

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Hezbollah va transmettre aux autorités ses "preuves" de l'implication d'Israël dans l'assassinat d'Hariri

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)