Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

Economie

Le roi du spam sur Facebook condamné à 1 milliard de dollars canadiens

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/10/2010

Réfugié à Montréal après avoir été condamné à 873 millions de dollars d’amende en Californie pour avoir envoyé, en 2008, 4,3 millions de spams sur Facebook, Adam Guerbuez a vu sa peine confirmée par la justice canadienne.

Dorénavant, il se fait appeler "l’homme qui valait 873 millions de dollars". Adam Guerbuez est très fier d’avoir été condamné si lourdement pour ses activités de spam sur Facebook et s’en vante sur son site internet.

La justice canadienne a confirmé - et converti en monnaie locale - en début de semaine une amende de 873 millions de dollars (1 milliard de dollars canadiens) infligée en novembre 2008 par un tribunal californien.

Il avait été reconnu coupable d’avoir envoyé, en 2008, sur Facebook, 4,3 millions de publicités non-sollicitées pour améliorer ses performances sexuelles et vanter les mérites de la Marijuana. Adam Guerbuez s’était réfugié début 2009 à Montréal, mais Facebook n’avait pas lâché l’affaire. Le groupe californien avait demandé à la justice canadienne de poursuivre à son tour ce spammeur fou.

Précédent

L’impétrant ne compte pas, pour autant, verser le moindre centime de cette amende qui lui a valu d’être dans le Guiness Book des records. Il a annoncé, mardi, que sa société avait été mise en liquidation judiciaire et qu’il n’avait plus les moyens de payer quoi que ce soit à Facebook.

Le célèbre réseau social se doute bien qu’il risque de ne jamais voir la couleur de cet argent. Mais là n’est pas le but recherché. "Nous sommes persuadés que le montant de l’amende fera réfléchir à deux fois ceux qui veulent spammer les utilisateurs de notre service", avait déjà estimé sur son blog en 2008 Max Kelly, le responsable de la sécurité chez Facebook. Le réseau social veut établir un précédent judiciaire.

Car le spam demeure une nuisance très présente sur le site aux 500 millions d’abonnés. En août dernier, la société finlandaise spécialisée dans la sécurité sur les réseaux F-Secure a estimé que Facebook est le meilleur vecteur pour ces messages non-sollicités. D’après son étude, les utilisateurs du média social sont les plus enclins à cliquer sur des liens sans faire attention. Bien devant le traditionnel mail.

Groupe anti-spam

Et les techniques de spams peuvent être vicieuses. Ainsi, des photos partagées par des "amis" peuvent, une fois qu’un utilisateur clique sur elle, envoyer des messages publicitaires à tous ses contacts Facebook. C’est ainsi qu’au début du mois, un spam s’est propagé à 2 millions de personnes sur le site à cause d’un cliché "piégé" de Justin Timberlake.

Facebook prend la menace au sérieux. Il a mis au point plusieurs filtres anti-spam et a rejoint le MAAWG, un groupe anti-spam dans lequel on trouve d’autres grands noms des technologies comme AOL, Yahoo ou France Telecom.

Quant à l’arme judiciaire, si elle peut s’avérer efficace, attention au retour de flamme. Ainsi Adam Guerbuez assure que son histoire va prochainement faire le sujet d’un livre et peut-être d’un film. De quoi donner des vocations à d’autres aspirants spammeurs en chef ?

Première publication : 06/10/2010

COMMENTAIRE(S)