Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

FRANCE

Un ancien directeur de la Société générale publie sa version de l'affaire Kerviel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2010

Hugues Le Bret, ex-responsable de la communication de la banque, publie jeudi un livre intitulé "La semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial". Il y relate notamment la souffrance de Daniel Bouton (photo), l'ex-PDG.

REUTERS - Daniel Bouton, l'ancien PDG de la Société générale, a été la cible d'une vengeance de Nicolas Sarkozy furieux d'avoir été tenu à l'écart lors de la découverte de la perte de 4,9 milliards d'euros en janvier 2008, estime dans un livre l'ancien directeur de la communication de la banque.

Hugues Le Bret, qui a démissionné lundi de son poste de PDG de Boursorama, relate aussi dans son ouvrage qu'en pleine affaire Kerviel, Daniel Bouton a dû être traité dans une clinique du sommeil.

"Il était en manque de sommeil total. Après des semaines sans dormir ou presque, et une situation de stress au-delà de la normale, le diagnostic du médecin a été clair: "syndrome
d'hypersensibilité"", écrit Hugues Le Bret dans "La semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial", à paraître jeudi aux éditions "Les Arènes".

"Daniel (Bouton - NDLR) a pris tellement de coups sur la tête, si longtemps, avec un tel niveau de stress, qu'il a pété une durite", lit-on encore dans les extraits publiés mardi par Le Monde.

Jérôme Kerviel a été condamné mardi à cinq ans de prison dont trois fermes. Le tribunal a aussi condamné l'ancien trader à rembourser 4,9 milliards d'euros à la SocGen.

Hugues Le Bret rappelle aussi comment BNP Paribas, l'éternelle rivale de la SocGen, a tenté de profiter de l'affaire Kerviel pour lancer une nouvelle offensive sur la
banque.

"Les équipes et agences de communication de BNP Paribas continuent de cogner sur la banque", raconte encore l'ex-directeur de la communication. "Ils espèrent gâcher
l'augmentation de capital, faire douter les investisseurs."

Daniel Bouton a fini par démissionner de ses fonctions de président de la Société générale en avril 2009, se disant la cible d'attaques et de pressions répétées.
 

Première publication : 06/10/2010

  • FRANCE

    Kerviel condamné à trois ans de prison ferme et à verser 4,9 milliards d'euros

    En savoir plus

  • FRANCE

    L’heure du verdict approche dans le procès de Jérôme Kerviel

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'avocat de Jérôme Kerviel plaide pour la relaxe de son client

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)