Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Amériques

Le président Rafael Correa proroge l'état d'urgence jusqu'à vendredi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2010

La violente contestation policière de la semaine dernière a entraîné la prolongation de l'état d'urgence dans le pays jusqu'à vendredi - alors qu'elle arrivait à échéance mardi - afin de garantir au maximum la sécurité du pays.

AFP - Le président de l'Equateur, Rafael Correa, a émis un décret pour proroger jusqu'à vendredi l'état d'urgence déclaré en raison de la rébellion policière de jeudi dernier, qui arrivait normalement à échéance ce mardi.

"Il est nécessaire de renouveler l'état d'urgence décrété le 30 septembre 2010 pour garantir la sécurité des députés avec l'intervention des forces armées", déclare le président dans ce document.

Lundi, le secrétaire juridique de la présidence, Alexis Mera, avait écarté toute prorogation de cette mesure, car il avait jugé que le pays "retrouve le calme lentement".

Jeudi, des centaines de policiers avaient investi des commissariats et le Congrès pour protester contre une loi supprimant certaines primes à l'ancienneté. Ils avaient même "séquestré" le président pendant plusieurs heures dans un hôpital de Quito, selon les mots de Correa.

Ce dernier avait été libéré au terme d'une opération militaire qui avait fait au moins quatre morts. Le bilan total des violences dans l'ensemble du pays est de dix morts et 274 blessés.

Le président avait dénoncé une "tentative de coup d'Etat", orchestrée par certains secteurs de l'opposition.

Ses alliés bolivien et vénézuélien, Evo Morales et Hugo Chavez, ont également accusé Washington d'être derrière ces événements, ce qu'a rejeté la Maison Blanche.

Mardi, le ministre équatorien des Affaires étrangères Ricardo Patino a également dédouané le président américain Barack Obama.

"Je crois fermement que monsieur Obama n'a rien eu à voir avec cela. J'ai espoir et confiance que ses principales autorités non plus", a déclaré mardi Patino.

"Je ne peux pas dire la même chose des groupes de pouvoir qui existent aux Etats-Unis et ne sont pas contrôlés par le gouvernement", a-t-il ajouté, sans donner de noms mais en évoquant les "coups d'Etat, invasions, assassinats" fomentés par de tels groupes "en Amérique latine et dans le monde".
 

Première publication : 06/10/2010

  • ÉQUATEUR

    Retour au calme après une tentative de putsch contre le président Correa

    En savoir plus

  • ÉQUATEUR

    Le président Correa de retour au palais présidentiel après une tentative de coup d'État

    En savoir plus

  • ÉQUATEUR

    Le président Rafael Correa dénonce une tentative de coup d'État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)