Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

Economie

Facebook cherche à offrir plus de contrôle à ses utilisateurs

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/10/2010

Le souffle chaud de Google Me, le projet social de Google, pourrait avoir poussé le géant des réseaux sociaux à déployer une série de fonctions permettant aux utilisateurs de mieux contrôler ce qui est public sur Facebook.

"Surprise ! Pour une fois Facebook introduit des nouveautés qui peuvent réellement aider les utilisateurs". Ce titre sardonique du site spécialisé dans les nouvelles technologies Geekosystem reflète un sentiment général à propos des annonces faites par le réseau social mercredi. La plupart du temps les nouveautés introduites par Facebook sont à double tranchant : de jolies fonctionnalités qui réduisent en parallèle un peu plus la sphère privée sur Facebook. Cette fois-ci, la star du Web 2.0 semble offrir plus de contrôle à ces 500 millions d’aficionados.

Le site permet, ainsi, de créer des groupes. Des minisphères privées auxquelles n’ont accès que certaines personnes et dont les informations ne sont pas publiques. Une fonction qui devrait séduire les adeptes d'une utlisation de Facebook à des fins plus professionnelles. Ils peuvent ainsi créer des sortes de clubs virtuels entre collègues ou personnes d’un même secteur d’activité. Évidement ces groupes peuvent aussi servir pour se retrouver en famille ou entre amis.

Anti-Google Me

L’autre grande nouveauté permet de télécharger sur son ordinateur l’ensemble des informations de son profil. Des données qu'il est possible ensuite de mettre en ligne sur un autre site. Récupérer et sauvegarder toute sa vie "facebookienne" peut, paradoxalement, faciliter les choses pour ceux qui envisagent de quitter le navire social. Jusqu’à présent, se "tuer" ainsi virtuellement signifiait également perdre toutes les discussions, contacts ou photos mises sur Facebook. Une solution radicale qui pouvait rebuter des utilisateurs s'étant beaucoup investi dans leur existence 2.0.

Enfin, ceux qui considèrent Facebook comme le centre de leur univers en ligne vont apprécier le nouveau tableau de bord des applications auxquelles ils sont connectés. Cette page présente en effet la manière dont tous ces petits programmes externes utilisent les informations personnelles.

Cela fait beaucoup de cadeaux aux défenseurs de la vie privée en ligne. Et certains se demandent bien pourquoi. L’arrivée prochaine du projet social de Google pourrait expliquer ces mesures. Baptisé Google Me, les dernières rumeurs voudraient qu’il s’agisse de toute une ribambelle de nouvelles fonctions sociales ajoutées à Gmail, la messagerie du géant d'Internet. Un réseau qui serait déployé avant la fin de l'année. L’arrivée sur Facebook de nouveaux groupes, d’un chat et d’une messagerie font beaucoup penser aux fonctions vedettes de Gmail (mail et chat). Il s’agirait alors de couper l’herbe sous les pieds numériques de Google.

Première publication : 07/10/2010

COMMENTAIRE(S)