Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

FRANCE

Bernard Kouchner "humilié" aurait présenté sa démission en août

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2010

Prenant acte de l'"inflexion sécuritaire" du gouvernement, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, aurait remis en août sa lettre de démission dans laquelle il dénonce des "humiliations" de la part "des conseillers" du Président.

AFP - Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, est en voie de quitter le Quai d'Orsay. Il a remis en août une lettre de démission à Nicolas Sarkozy, se plaignant d'"humiliations" et jugeant que le virage sécuritaire du chef de l'Etat met fin à l'ouverture à gauche.

Son départ pourrait intervenir à l'occasion du remaniement gouvernemental annoncé pour novembre, voire avant s'il était nommé "Défenseur des droits", un nouveau poste à pourvoir prochainement.

Il y a dix jours, RTL avait révélé que le ministre avait remis en août sa démission au chef de l'Etat. Dans son édition à paraître jeudi, Le Nouvel Observateur, qui a pu consulter sa missive, précise que le ministre, en invoquant l'"inflexion sécuritaire" du gouvernement cet été, prend acte de "la fin de l'ouverture" à gauche opérée par Nicolas Sarkozy depuis 2007.

Homme de gauche dans un gouvernement de droite, Bernard Kouchner dénonce aussi des "humiliations" venues "des conseillers" du président, précise l'hebdomadaire. En ligne de mire figurent Claude Guéant, secrétaire général de la présidence, et Jean-David Levitte, conseiller diplomatique du chef de l'Etat. Ces deux responsables multiplient les missions à l'étranger, limitant d'autant le champ d'action du chef de la diplomatie.

Mercredi soir, sans démentir les propos rapportés par l'hebdomadaire, Bernard Kouchner a réaffirmé à Nicolas Sarkozy sa "loyauté" et "sincérité".

"Je souhaite réaffirmer que mes rapports avec le chef de l’Etat ont toujours été empreints de loyauté et de sincérité". "Je reste pleinement engagé dans la mise en oeuvre de la politique étrangère de la France, telle que définie par le président de la République, conformément à la pratique institutionnelle de la Ve république", précise le ministre dans un communiqué.

A 71 ans le 1er novembre, Bernard Kouchner laisse toutefois transparaître depuis plusieurs mois une lassitude de plus en plus marquée à l'égard des conditions dans lesquelles il remplit sa fonction. Ex-ministre sous plusieurs gouvernements socialistes, le Quai d'Orsay était le poste de ses rêves.

Après un peu plus de trois ans, il se targue d'avoir réformé son ministère, avec la création de nouvelles directions thématiques, d'un centre de crise et d'une nouvelle institution chargée d'améliorer la visibilité de l'action culturelle de la France à l'étranger.

Au plan international, il a notamment oeuvré pour le rétablissement de relations avec le Rwanda, effectif depuis fin 2009, après avoir été l'initiateur d'une force européenne pour protéger au Tchad les réfugiés du Darfour.

Mais pour l'ex-French doctor, célèbre pour son combat en faveur du "droit d'ingérence" et qui conserve en France une grande popularité, la Realpolitik a eu raison de ses engagements d'antan. "Je me suis rendu compte que l'humanitaire, c'était fini, que les nouveaux rapports de force internationaux ne le permettaient plus", a-t-il confié au Nouvel Observateur.

Pour le président du MoDem, François Bayrou, les difficultés exprimées par Bernard Kouchner viennent d'une présidence qui "prend tous les pouvoirs". Le socialiste Manuel Valls a dit pour sa part "avoir du mal à comprendre" l'attitude d'un ministre qui "reste au gouvernement tout en laissant entendre qu'il pourrait partir".

Le poste de "Défenseur des droits", qu'a proposé début août Nicolas Sarkozy à Bernard Kouchner, selon Le Nouvel Observateur, doit remplacer celui de Médiateur de la République. Son titulaire surpervisera trois institutions: Défenseur des enfants (créé en 2000), Commission nationale de déontologie de la Sécurité (CNDS, 2000) et la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité).

Première publication : 07/10/2010

COMMENTAIRE(S)