Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

FRANCE

Huit mois de prison ferme pour deux fausses alertes à la bombe à Paris

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2010

Deux ans de prison dont huit mois ferme, telle est la condamnation prononcée à l'encontre d'un homme de 53 ans étant à l'origine de deux fausses alertes à la bombe la semaine dernière dans la gare Saint-Lazare, à Paris.

AFP - Un homme de 53 ans a été condamné mercredi à Paris à deux ans de prison, dont huit mois ferme, pour deux alertes à la bombe sans fondement à la gare Saint-Lazare les 30 septembre et 1er octobre, alors que la France est sous la menace d'attentats selon le gouvernement.

Cet homme sans emploi, qui touche le RSA et connaît des problèmes d'alcool, a immédiatement été incarcéré et fera l'objet d'une injonction de soins à sa sortie.

"Il faut qu'on sache que de tels actes, actuellement, ne sont pas anodins", a estimé dans son réquisitoire le procureur, qui avait réclamé deux ans de prison dont un ferme à son encontre.

Il avait été interpellé à Meudon (Hauts-de-Seine) lundi matin par la section antiterroriste de la brigade criminelle.

Les policiers sont remontés à cet homme, déjà condamné pour des dégradations et des violences, grâce à ses empreintes génétiques relevées dans la cabine.

Jugé en comparution immédiate, il a reconnu à l'audience avoir passé deux appels à police-secours jeudi et vendredi depuis une cabine téléphonique du quartier des Grands boulevards à Paris.

Le premier appel a duré 16 secondes, le second 1mn18. Ils n'ont pas entraîné d'évacuation de la gare. Depuis près d'un mois, le nombre d'alertes à la bombe se révélant sans fondement a quasiment doublé à Paris.

"J'étais légèrement éméché", a tenté de se justifier le prévenu devant les juges de la 23e chambre correctionnelle. "C'était pour embêter, me rendre intéressant", souffle-t-il pour toute explication d'une voix à peine audible.

La préfecture de police, qui a dépêché des hommes pour quadriller la gare, lui réclame 5.000 euros de dommages et intérêts, la SNCF 8.700 euros.

"Si la gare avait été évacuée et les trains arrêtés pendant une heure", comme cela a été le cas le 27 septembre, "nous aurions réclamé 85.000 euros pour le préjudice économique et commercial", a fait valoir l'avocate de la société, Marie-Christine Ghazarian.

Il a finalement été condamné à verser 8.210 euros à la SNCF et 3.000 euros à la préfecture de police.

Son avocate, Me Karina Costa, qui avait plaidé pour un suivi psychiatrique, a admis que cette alerte infondée était "un appel au secours bien maladroit".

Première publication : 07/10/2010

  • FRANCE

    Les autorités redoublent de vigilance devant la menace terroriste

    En savoir plus

  • SÉCURITÉ

    Washington alerte les Américains en Europe sur les risques d'attentats

    En savoir plus

  • FRANCE

    Deuxième évacuation de la tour Eiffel en 15 jours après une fausse alerte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)